Les chefferies traditionnelles de l’Ouest, un patrimoine architectural au Cameroun

Les chefferies traditionnelles de l’Ouest, un patrimoine architectural au Cameroun

Publié le 8 janvier 2019
Par Charly ngon


Constituées de majestueuses poutres de bois décorés, un mur fait de bambous recouvert de terre pétrie à la main, avec une vaste toiture en chaume, les chefferies traditionnelles de l’Ouest Cameroun sont le fruit d’une ingéniosité architecturale hors du commun.

 

La construction des chefferies traditionnelles de l’Ouest Cameroun a toujours obéi à la volonté d’un chef de démontrer sa puissance, de marquer son territoire, mais aussi de symboliser la fierté d’un peuple. Plus elle est imposante et grande, plus le regard que les autres groupes portent sur une chefferie, repose sur le respect et la crainte. Ainsi donc, chaque chefferie Bamiléké se démarque des autres en fonction de la taille de sa case traditionnelle. L’architecture de ces cases traditionnelles encore appelées Chengbundyeh en référence aux cases de dignitaires en langue locale,  est une curiosité pour les visiteurs qui sont loin d’imaginer le génie architectural qui est à l’origine d’une telle réalisation.

Les cases traditionnelles sont composées de quatre parois fabriquées à base des tiges de raphia solidement assemblées. Avec un volume important, ces tiges sont superposées de manière verticale et horizontale. Les différentes parois ou encore la charpente et le plafond sont faits avec les bambous de raphia sous une forme circulaire ou rectangulaire. Le toit de forme conique est recouvert d’une grande quantité de chaume. Les Chengbundyeh prennent toute leur légitimité, leur noblesse et leur pouvoir avec les supports décoratifs de bois qui les entourent. Ces symboles royaux représentent les divinités ancestrales et la généalogie dont est issue le chef. Le plus impressionnant dans ce type de bâtiment, c’est sa  hauteur de 25 mètres, sa longueur de 30 mètres et sa largeur de 20 mètres. Seule la chefferie de Bandjoun conserve encore son immensité.

Les chefferies traditionnelles dans les Grassfields sont construites sur plusieurs hectares de terres. Pour arriver à bout de ce colossal travail, tout le village est mis en contribution. Elle sert de lieu d’habitation au chef, un espace où certains litiges sont réglés et pour certaines célébrations sacrificielles. Son appellation varie en fonction de chaque regroupement Bamiléké. Ainsi donc on a mbodyè à Bandjoun, Vhondieu à Batoufam, Ntcheung à Bapa, Nda ntchong à Bafoussam, Menemou à Baham, Ndah Nemoh à Baleng, Lachum à Bafut, Njiaouh à Mankon, Ifueng à Babungo, Ndoilah à Kom, Lav wong chez les Nso. Avec la montée en puissance des guerres tribales et la colonisation, certaines chefferies pour se reconstruire ont été influencées par l’architecture européenne. Mais la spécificité de ces bâtiments, reste pour le Cameroun un patrimoine culturel très important.

Dans cette vidéo de moins de cinq minutes, vous aurez le plaisir d’admirer le savoir faire du peuple Bandjoun dans la construction de leur chefferie. On look !




 

Dans la même catégorie