Blick Bassy rendra un hommage à Ruben Um Nyobe au Festival Africolor

Blick Bassy rendra un hommage à Ruben Um Nyobe au Festival Africolor

Publié le 28 novembre 2018
Par Charly ngon

Le chanteur, auteur et compositeur qui sera sur la scène du Festival Africolor, a décidé de rendre un vibrant hommage au leader indépendantiste avec des notes de musique. 

Source: Blick Bassy

Assassiné en 1958 par les troupes coloniales françaises, pour son implication dans la revendication de l’indépendance et la réunification des deux Cameroun, Ruben Um Nyobe, figure emblématique du combat indépendantiste en Afrique, reste aux yeux de plusieurs personnes un martyr. Un héritage que chacun essaye à sa manière de perpétrer, comme l’artiste Blick Bassy qui a composé quelques mélodies pour lui rendre hommage Festival Africolor.

Intitulé Cameroun-1958, nom qu’il a attribué à son spectacle, l’artiste n’a pas voulu faire une fixation particulière sur Ruben Um Nyobe, mais sur tous ceux qui ont combattu pour la liberté du Cameroun. Une période qui reste méconnue pour certains, à part ceux dont les parents ont été des témoins oculaires. Dans les colonnes du site Pan African Music, il s’étend longuement sur cette période.

 

« …Ma mère a vécu pendant deux ans dans la forêt avec mon grand-père, parce que, comme on torturait tous les gens censés connaître Um Nyobè, et que le village de ma mère est voisin de celui où il vivait, vers Boumnyebel, et mon père du même département (le Nyong-et-Kellé, tous les soirs ils se cachaient pour ne pas être torturés ou tués, à l’époque où l’on traquait Um Nyobè dans la région… Je voudrais parler aussi de cette histoire pas seulement pour réhabiliter ce personnage comme l’ont fait Achile Mbembe et quelques autres… je voudrais non seulement le faire connaître – c’était un personnage hyper puissant, comme les Sankara, les Lumumba… Mais aussi rappeler qu’il est essentiel de nous rappeler de notre histoire ».

 

Avec l’aval des organisateurs du festival, Blick Bassy va proposer aux festivaliers, un répertoire musical qu’il a composé pour rendre hommage à Ruben Um Nyobe. Sur la scène il sera accompagné de Binda Ngazolo, un conteur de génie dans la pure tradition africaine qui sait donner vie aux faits. Il ne se contente pas seulement de raconter, mais de faire en sorte que chacun se réapproprie l’histoire. L’expérience aurait pu être encore plus belle, si les procédures administratives pour l’obtention du visa du rappeur Krotal avaient connu une suite favorable. Une situation que déplore par ailleurs l’artiste « …je ne comprends pas comment on peut vouloir en même temps freiner l’immigration et refuser un visa à un mec comme Krotal qui est une référence, qui est le créateur même du hip-hop au Cameroun… ».

NB : Le Festival Africolor se déroule le 1er décembre 2018 à Paris, Centre Barbara Fleury-Goutte d’Or.




 

 

 

 

 

 

 

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES