A la découverte de « Gameroon », la startup qui produit des jeux vidéo et des applications au Cameroun

A la découverte de « Gameroon », la startup qui produit des jeux vidéo et des applications au Cameroun

Publié le 17 janvier 2018
Par Dickson


Dirigée par Yannick Sabzé, la jeune startup propose un tout nouveau concept de jeu vidéo et un accessoire innovant. 

La team Gameroon a choisi Yaoundé comme ville hôte pour la présentation officielle de la startup et de ses différents services. C’est avec une certaine aisance que Yannick présente sa structure « Gameroon est un studio de développement de jeux vidéo et d’applications. Nous sommes pionniers au Cameroun et même en Afrique dans ce domaine, poussés par un désir intense de célébrer notre riche culture à travers des jeux.Les moyens dont nous disposons proviennent de partenaires, d’investisseurs, de fonds personnels, de l’Etat du Cameroun qui à travers le fonds d’aide à la politique culturelle nous a octroyé une subvention pour le développement du jeu Mchyso. »

Mchyso est le nouveau concept de jeu vidéo. Son nom tire ses origines du kiswahili qui signifie « jeu ». Il faut obligatoirement être à 4 pour y jouer. Autre différence majeure face aux autres gamepad c’est un accessoire pour la version console. Il est baptisé Ngueza. Un mot kiswahili qui veut dire « outil ». C’est un gant muni d’un capteur et un cercle avec des récepteurs. Et au cours du jeu, il faut faire agir le gant sur le cercle afin de déplacer les éléments. Bonne nouvelle pour les gameurs, l’invention est déjà brevetée aux Etats-unis. Le jeu vidéo devrait sortir d’ici mars 2018.

Quand on remonte plus tôt on se rend compte que Yannick n’est pas à sa première tentative « Gameroon a déjà développé et distribué deux jeux. Akan, le premier jeu vidéo à être officiellement sorti au Cameroun depuis juin 2015 et Haki, l’application publicitaire pour la promotion de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples sorti en août 2017. Ils sont tous disponibles en téléchargement gratuit pour ceux qui voudront visiter le site internet gameroonentertainment.com »

Gameroon a pour mascotte « Bindi ». Il est déjà décliné en bande dessiné et sera le héros dans les jeux vidéos à venir. C’est un pygmée qui par des actes de bravoure reçoit un bracelet avec un super pouvoir. Grâce à ce dernier, il peut vaincre les forces du mal. En citant les autres éléments sur lesquels la team travaille , il parait évident que la liste est loin d’être exhaustive. « Gameroon n’a pas encore de produits disponibles, le seul en préparation est le Ngueza mentionné ci-dessus. Par contre nous avons des services, notamment YPY (You Play Yourself) grâce auquel nous métamorphosons les enfants en personnage de jeu vidéo. En d’autres termes, tout parent désireux d’offrir un cadeau original à son enfant pourra nous contacter et tout ce dont nous aurons besoin sera une photo de l’enfant et des échantillons de sa voix et le tour sera joué. Nous proposons également aux entreprises de développer pour elles des advergames, c’est-à-dire des jeux vidéo publicitaires ».

 

Yannick Sabze est le promoteur et CEO de Gameroon. Titulaire d’un Master en communication des organisations et d’un baccalauréat A4. Sa team et lui offrent depuis juin 2015 du développement de jeux, des services supplémentaires tels que l’advergaming et des jeux vidéo personnalisés. Avec comme source d’inspiration, la riche culture et tradition africaine. Quand il s’agit de parler des autres acteurs dans son secteur d’activité, c’est un bilan positif pour le travail abattu jusqu’ici.

« Vous me demandez mon avis sur Kiro’o… J’ai de la peine à dire quoi que ce soit car je ne veux pas provoquer le courroux de mes frères Michel Nkuindja le directeur de Noohkema Game Studio et Christian Fongang qui est à la tête de SDK Games Africa. Evidemment je plaisante ils ne vont pas se fâcher mais il serait dès à présent juste de savoir qu’au Cameroun il existe plusieurs studios de développement de jeux vidéo dont les promoteurs sont de fervents patriotes qui s’investissent énormément pour produire des jeux de qualité, valoriser notre culture et pourvoir des emplois à des jeunes talentueux ». conclue Yannick Sabze, toujours prêt à défendre le Cameroun.

Plus d’informations sur la startup Gameroon via leur page Facebook et leur site web.

Dans la même catégorie