Culture : la symbolique de l’arbre de la paix. - Auletch

Culture : la symbolique de l’arbre de la paix.

PHEUE_KANG

Un des symboles de la culture bamiléké est l’arbre de la paix, ou en langage bamiléké Phue-Kang (vous-même vous savez qu’on écrit la même chose mais on prononce seulement différemment non ?). De son nom scientifique dracena, c’est la plante des femmes qui ont donné naissance à des jumeaux, les Magnis. Elle est utilisée pour symboliser l’unité, l’entente et est souvent associée au jujube et à l’eau lors des cérémonies, rites, prières, et guérisons. Lors des mariages, cette plante est offerte au jeune couple pour leur souhaiter la paix, l’harmonie et l’amour au sein de leur foyer. La légende dit qu’elle ne pousse pas chez tout le monde. Certains rajoutent même que cette plante meurt quand les gens ne sont pas en paix autour… c’est dire son importance !
Le mot Pfue-Kang peut se décrypter de plusieurs manières. Pfue signifie écrouler, détruire, défaire, déconstruire, destruction, défection ; et Kang veut dire battant (ce qui permettait de fermer la porte coulissante traditionnelle bamiléké), fermer, fermeture, barrière; … Pfue-Kang voudrait donc dire soit destructeur de fermeture, de barrière, d’exclusion, d’obstacle à la rencontre, à l’entente ; soit un ordre sans appel. Retranscris littéralement, ça donnerait « Détruis ce battant coulissant de porte qui nous coupe les uns des autres !« ; « Supprime cette barrière qui sépare et surtout qui oppose les gens !« . Voilà tout le sens authentique et profond de ce symbole végétal qui est une interpellation impérative à faire la paix et à aider à la rencontre et à l’entente. C’est donc l’équivalent du drapeau blanc des autres civilisations.

La légende raconte qu’une Magni s’en armait toujours dans ses déplacements pour exprimer ostentatoirement à tous qu’elle était contre la guerre et contre la division. Par ailleurs, pour se livrer à la guerre, les hommes devaient cacher aux Magnis les lieux de combat et surtout les en éloigner systématiquement. Sinon, dès qu’elles apparaissaient sur un champ de bataille armées de leurs seuls rameaux de Pfue-Kang et s’interposaient systématiquement entre les armées ou les camps en guerre, ceux-ci devaient, non seulement cesser les combat mais surtout, ne repartir qu’après avoir dûment négocié et accepté sincèrement la paix !

Et vous, connaissez-vous d’autres légendes associées à ce symbole ? Quelles utilisations en faites-vous ?

Source : Tadieunga Yogue, http://www.ngondeliege.be/?p=44

 

Tags:


Article de la même catégorie

Vidéo : Certains parents font souvent honte à leurs enfants


L’île de Djébalè, le sanctuaire du culte Jengu


L’écrivain camerounais Max Lobe nommé au Prix Les Afriques


Vidéo : Fredy krystel remet sa femme à sa place


Vidéo : Mamiton se laisse séduire par le copain de sa nièce


WEB TV : REGARDEZ LE LIVE


Actualités

Ambe invite Sango Edi dans son nouveau morceau percutant « Wayo »

Vidéo : Certains parents font souvent honte à leurs enfants

L’île de Djébalè, le sanctuaire du culte Jengu

10 astuces naturelles pour éliminer les vergetures

L’écrivain camerounais Max Lobe nommé au Prix Les Afriques

Auletch est un ensemble de plateforme interactif entièrement dédié aux cultures du Cameroun. Nous mettons en avant et présentons les différentes facettes qui font la diversité culturelle du Cameroun. Sur un ton décalé, nous parlons d'art, mode, littérature, histoires, traditions, musique, société, beauté, bien-être et entrepreneuriat.

© Auletch 2019 - Mentions légales - Contact

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?