[ZOOM ON] : Ô Saveurs de l’Afrique, ils ont fait le pari de la restauration en ligne au Cameroun - Auletch

[ZOOM ON] : Ô Saveurs de l’Afrique, ils ont fait le pari de la restauration en ligne au Cameroun

Publié le 25 avril 2016
Par Mota__Savio

Ô saveurs de l'Afrique

 À l’instar des chefs mondialement connus, deux amis férus de cuisine saine,  Tassiamba Smeth Thibault et Diyanni Rodrigue ont lancé ‘‘Ô Saveurs de l’Afrique’’, un restaurant en ligne, avec le pari de redorer le blason de la cuisine camerounaise par l’utilisation des produits du terroir dans leurs recettes. Rencontre avec deux jeunes camerounais pétris de talent qui voient en leur initiative un moyen de sensibiliser les camerounais sur leurs habitudes alimentaires et un véritable retour aux sources du point de vue nutritionnel. Avec toutes les idées qu’ils concoctent au quotidien, nous les avons rencontrés en marge de la 1ere édition du Marathon Culinaire à Bonamoussadi. Entretien !

 

  • Bonjour les gars et merci de nous accorder un peu de votre temps. Comment vous allez ?

Bonjour Auletch. Nous sommes là. Nous allons bien et merci pour l’intérêt que vous portez à Ô Saveurs de L’Afrique.

  • Pouvez-vous présenter Ô Saveurs De L’Afrique à nos lecteurs ?

Tout d’abord, Ô Saveurs de L’Afrique est une initiative née de deux jeunes cuisiniers camerounais (Tassiamba Smeth Thibault (Cuisine Internationale), Diyanni Rodrigue (Diététique, nutritionniste) qui se sont mis ensemble pour valoriser la culture africaine dans son élément le plus visible. La cuisine en occurrence. C’est donc un restaurant en ligne qui offre des services dans le traiteur, la pâtisserie, et dans la transformation des produits agricoles du terroir comme la patate, les pommes de terres, ou encore les boissons tels que le matango, le jus de baobab.

  • D’où vous êtes venue cette idée ?

Le restaurant en ligne vient du fait que nous en avions marre des patrons qui nous maltraitaient (rires). Après notre formation  à CEFOR HOTELLERIE, nous nous sommes un tout petit peu séparés afin que chacun vive sa propre expérience. Quelques temps après, et malgré le peu de moyens que nous avions, nous nous sommes remis ensemble pour contrer l’invasion des produits extérieurs en proposant de consommer les produits du terroir. C’est logiquement que nous nous sommes positionnés en ligne depuis 7 mois parce que c’est la tendance actuelle. Nous faisons la cuisine dans nos locaux et nous servons partout. Au même moment ça nous permet d’être proches de nos clients tout en mettant l’Afrique en avant.

  • À la 1ère édition du Marathon Culinaire le 28 février 2016, vous disiez que vous faites des boissons et des pâtisseries à base des produits bios. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous nous sommes dit pourquoi ne pas créer un impact en introduisant les produits de la terre dans nos pâtisseries. Du coup, on a commencé à le faire. Le but c’est de faire ressortir cette particularité qui est nôtre en utilisant des produits naturels, sans produits chimiques. Nous produisons de la pâtisserie à base des produits tels que les pommes de terre, la patate, le baobab, le cacao.

  • D’où proviennent les matières premières de ces différents produits ? Concrètement comment ça se passe après l’achat ? Au Letch on veut savoir comment est-ce possible…

Oui nous confirmons que ce sont vraiment des produits du terroir. Il s’agit bel et bien de la farine de pomme, de patate. On s’approvisionne tout simplement dans les marchés. Les patates, les pommes de terre sont transformées. On prend la patate, on trempe, on lave, on sèche, puis on écrase dans un moulin que la plupart des camerounais utilisent. Pour le jus de baobab, il faut rappeler que c’est un fruit qui vient du Nord Cameroun déjà séché, nous le transformons ici. Quant à la recette miracle, disons juste que les chefs ne dévoilent jamais leurs secrets (Rires).

  • Quels sont les retours que vous avez depuis le début de cette aventure ?

Les gens sont surpris par ce que nous faisons. C’est vrai qu’on ne s’imagine pas voir un gâteau à base de patate. Pour preuve, nous avons réalisé un gâteau d’anniversaire avec 3 couches il y a quelques temps et les gens ont apprécié. Ceci prouve que ce n’est pas sorcier. Ça marche et ça nous booste au quotidien.

  • Quelles sont les difficultés que vous rencontrez au quotidien ?

La véritable difficulté est au niveau de se faire connaitre. La communication, la prospection, le marketing, bref c’est global. C’est un nouveau concept que les gens ne comprennent pas assez. Il y a de la concurrence en ligne avec des restaurants mais nous pensons que notre pari est différent des autres, c’est une des raisons pour lesquelles nous participons aux événements tels que le Marathon Culinaire pour expliquer et surtout faire comprendre aux gens que le retour aux sources au moins au niveau nutritionnel est important. Nous savons que c’est difficile mais au quotidien on se bat pour inculquer de bonnes habitudes alimentaires aux camerounais car c’est aussi notre mission.

  • Ok. Vous vous voyez où dans 5 Ans ?

Nous espérons ouvrir le Café d’Afrique, qui sera la vitrine de nos produits. Un lieu africain de part le décor, les produits servis, la musique jouée bref un lieu où il sera facile de boire du bon matango ou du jus de baobab en famille ou avec des amis. (Rires)

  • Quels conseils donnerez-vous aux jeunes qui veulent suivre vos pas 7 mois après vos débuts ?

C’est un combat quotidien. Rien n’est facile. Il faut se donner les moyens en restant sur son objectif de base tout en faisant tout pour y arriver.

  • D’accord les gars. Nous vous remercions pour cet entretien. Un dernier mot pour les letchois ?

C’est nous qui vous remercions pour cet échange. Nous tenons juste à dire que  les camerounais doivent changer leurs habitudes alimentaires. Nous devons consommer bio non seulement pour préserver notre santé mais aussi parce que nous sommes ce que nous consommons. C’est en consommant les produits bio que le corps est capable de produire les éléments nécessaires pour notre protection en cas de maladie. Chez  O Saveurs De L’Afrique nous le faisons déjà et nous espérons que les camerounais vont suivre ce mouvement.

 

Contacts
Facebook :
Ô Saveurs De L’Afrique
Mobile : 671 88 11 93 / 656 54 14 71

ARTICLES SIMILAIRES