Welcome to Cameroon – episode 4 (suite et fin) - Auletch

Welcome to Cameroon – episode 4 (suite et fin)

Publié le 14 janvier 2014
Par dartnaud


statbig

Eeeh oui, il fallait bien que ça finisse un jour, auletch est arrivé à la fin de son court séjour dans le plus beau pays du monde, le pays des crevettes, du ndolè, du kilichi, du kwem, du 50 – 50, du pain beurre chocolat ; eeh oui ce beau pays qu’on appelle le Cameroun.

Bon vous me direz que le gars là trouvent même quoi de beau au Cameroun et je vous répondrai : toute cette diversité culturelle, ses plus de 250 langues maternelles, son paysage varié presque désertique au nord et tropical au sud, ses multiples mets traditionnels, l’accueil de ses habitants, le chao social qui lui redonne un charme particulier grâce à ses multiples système D. Sans oublier que c’est le pays de Roger Mila, des lions indomptables, de Richard Bona, de Yannick Noah, de Eboah Lotin, de Fomekong Mbida Arouna ekong Télesphore pompidou (cherchez pas trop à comprendre c’est un petit là au quartier).

Anyway le Cameroun est ce beau pays là qui malgré ses bons cotés et ses tares qui sont légions réussit toujours à nous mettre du boum au cœur.

Avant de continuer, je tiens à dire merci à toutes ces personnes qui ont de près ou de loin rendu ce séjour agréable. Je pense à la grande équipe camerounaise de twitter, je ne citerai personne mais je pense évidemment à la team du « pain-porc ». Je n’oublierai pas les médias qui ont bien voulu me donner la parole (clin d’œil à l’émission  générations 2.0 de Nostalgie FM animé par le célèbre Brice Albin, le gars dont la voix fait tomber toutes les filles de Douala et d’ailleurs). Je pense aussi aux différents artistes et entrepreneurs camerounais qui ont fait le pari de rester ou de revenir au Cameroun pour s’en sortir et que j’ai eu le plaisir de rencontrer et d’interviewer lors de mes marches (rendez-vous dans les prochains articles). Et bien sur Souleymanou le vendeur de soya au carrefour camp-sonel.

Bon finis de faire les atalaku, revenons à nos petites anecdotes. Les gars si je vous dis que je ne suis pas go au « sans calé » eiin c’est que je mens (loool). Mais je vous assure que c’était juste par curiosité (rires), on en a tellement parlé que je me suis dit qu’il ne fallait pas que je meurs bête. Mais quel ne fut pas ma grande surprise. D’entrée de jeu nous avons eu une excellente prestation d’un danseur d’Assiko, ensuite une merveilleuse interprétation de bikutsi suivi d’un magnifique show humoristique. Pendant près de 2heures nous avons ris à en perdre nos côtes car sur scène se produisaient de véritables comédiens. Mais alors vers 2h du matin tout s’est gâté enfin … ca dépend pour qui. Je vous épargne la suite, c’était une histoire de jolies filles dénudées déambulant dans la salle et s’exhibant autour d’un poteau sur scène. C’était place au striptease.  Je vous avoue que je ne suis pas resté très longtemps (rires), trop d’émotions en une soirée pour moi. Sans vouloir porter de jugement à qui que ce soit, j’ai voulu aussi vous montrer ce Cameroun, le Cameroun de la nuit, le Cameroun de la débauche. Welcome to Cameroon.

Je ne peux pas parler de débauche sans parler de la consommation d’alcool. Môoomô, les camerounais(es) jon* ! Oui, oui, oui les camerounais, filles comme garçon boivent le vin. L’affaire que maahlox avait chanté «augmentez le prix, on va toujours boire » là, ce n’était pas la blague. On boit au Cameroun comme si  on allait mourir dans l’heure qui suit. Je ne sais pas ce que les gars veulent noyer comme soucis mais ils ont l’air de savoir sérieusement nager (les soucis). Au-delà de l’aspect néfaste de l’abus d’alcool, c’est aussi un facteur de fraternité. Pour te montrer sa sympathie, un ami peut te faire boire même pour 20 000 F CFA d’alcool, mais fais alors l’erreur de lui demander 2000 F CFA pour acheter des médicaments ; hein, le gars va te montrer par A+B que ça fait même deux mois qu’il n’a pas vu 500 F CFA. Welcome to Cameroon, le pays où l’argent du vin ne manque jamais.

A l’opposé de cette soit disant débauche, nous avons le phénomène « des églises réveillées » (où elle dormait seulement oohh) ; Hein vous voyez comment les camerounais aiment l’alcool noon, c’est exactement comme ça que les camerounais aiment prier. Tu ne peux pas faire 200 mètres sans voir une plaque avec la photo d’un bel homme, vous parlant de Dieu. C’est-à-dire que la communication est entrée dessus, les gars ont même investit dans les affichages publicitaires, les spots télés et radios. Finis le temps où on faisait du porte à porte (quoique ca marche toujours). Mais sérieusement les camerounais priiiiiiiient, avant on était tenté de croire que c’est seulement la classe pauvre qui était touché par ce phénomène à la recherche d’un quelconque espoir ; mais aujourd’hui ce sont les grosses cylindrées qui garent pour aller prier. Tu look un gros père de famille devant un minguili pasteur qui met la main sur sa tête et dit : « a ribbababbabababbabababab aribababbaba chegue chegue mama ribababbababaaba »  mon frèèèèèèèèèère c’est toujours la délivrance comme ça. Anyway je ne détiens certainement pas la vérité, mais il est important qu’on s’interroge sur ce phénomène. Welcome to Cameroon, le pays de la prière.

Je ne saurai terminer cet article sans évoquer le phénomène des drapeaux, notamment celui du Cameroun, de la France et des USA. Si tu entres dans 10 taxis, au moins 7 auront le drapeau du Cameroun accroché sur leur pares brises et pour beaucoup tu verras celui de la France ou des USA à coté (de m’expliquer l’autre là). Ce qui est encore plus marquant c’est que tu retrouves ça aussi sur les voitures de particuliers et les bus de transport interurbains. C’est pareil pour le maillot de football du Cameroun, tu ne peux pas marcher au Cameroun et regarder 200 mètres à la ronde sans voir un maillot de football camerounais. Molaaa c’est le patriotisme que tu veux voir alors ! Welcome to Cameroon, le pays où on est fier du vert-rouge-jaune.

Un seul article ne saurait résumer ce merveilleux séjour au Cameroun, c’est la raison pour laquelle je vous invite à lire les prochains articles qui illustreront en détails les faits de sociétés, le kongossa et les divers du mboa. Vivons et partageons ensemble notre quotidien au cœur du pays des crevettes. Le rendez-vous est donc pris, d’ici là je vous souhaite une excellente année 2014 !

Dans la même catégorie