Sango Malo : L’histoire d’un film devenu culte

Sango Malo : L’histoire d’un film devenu culte

Publié le 10 avril 2019
Par Charly ngon


Grâce à l’adaptation de son roman au cinéma, le film « Sango Malo » est référencé aujourd’hui parmi les plus grands classiques du cinéma africain.

Si Bassek Ba Kobhio peut se prévaloir en toute modestie d’une grande légitimité aujourd’hui dans le septième art africain et  camerounais en particulier, c’est grâce au tournage de son tout premier long-métrage en tant que réalisateur resté célèbre; le film « Sango Malo ». Il a eu des productions bien après, mais « Sango Malo » est le film qui a donné au cinéaste camerounais toute la stature qu’il a, non seulement de par l’originalité du texte, des décors de la fiction qui plongent les spectateurs dans la vie rurale, mais aussi par les différentes thématiques abordées.

L’’histoire de « Sango Malo » commence en 1991 lorsque Bassek Ba Kobhio écrit le roman « Sango Malo : le maître du canton ». L’ouvrage de 204 pages est édité par les Editions L’Harmattan. Suivant les traces de Sembène Ousmane pour qui il avait une grande admiration, il décide de faire un film en s’inspirant de son livre, comme l’a fait celui qu’il considère comme son modèle dans le cinéma africain avec le film « Le Mandat » . D’autres films l’ont aussi inspiré. Avec le soutien du Fonds du Développement de l’Industrie cinématographique (FODIC) lancé en 1973 par l’État pour soutenir le cinéma camerounais et d’autres institutions, Bassek Ba Kobhio lance le tournage du film « Sango Malo ». Il fait un casting d’acteurs qui étaient déjà bien connus sur le plan local tels que Jérôme BOLO, Marcel MVONDO II, Jean MIGUELE, Edwige Ntongon a Zock, Jimmy Biyong, Henriette Fenda et Jean Endene dans les rôles principaux. Le film sortira en salle le 8 août 1992. La critique sera unanime sur ce chef d’œuvre de 1h 33 minutes, qui venait encore une fois de plus enrichir le savoir du cinéma camerounais. Un an avant sa sortie en salle, le film est en compétition au Festival de Cannes (1991) dans la catégorie Un certain regard. La même année il reçoit la mention spéciale du jury au Fespaco. Au Festival du Cinéma Africain de Milan, il remportera le Prix du public.

Le film « Sango Malo » est l’histoire d’un jeune enseignant fraîchement sorti de l’école normale des instituteurs de Yaoundé. Pour ses premiers pas en tant que maître, il est affecté au village de Lebamzip en pleine forêt tropicale. Entre le jeune Bernard Malo Malo et son directeur de l’école, l’entente sera très difficile. L’origine de ce désamour entre les deux hommes se situe sur les méthodes d’enseignement. Pour le directeur d’école, héritier des anciennes pratiques pédagogiques, la méthode du jeune enseignant est loin de porter les fruits comme celle qu’il a connues. Les nombreuses réformes qu’il va lancer sur le plan éducatif et sur le plan du développement du village, vont lui mettre à dos un groupuscule de personnes influentes qui voient d’un mauvais œil toutes les initiatives qu’il entreprend. Acculé, il sera dans un premier temps remplacé par une jeune stagiaire qui deviendra plus tard sa femme. Puis il sera arrêté pour atteinte à la sûreté de l’État et détournement de la jeunesse.

Dans la même catégorie