Sandrine Nnanga signe sur Big Dreams Entertainment, le label de Gervais Ngongang

Sandrine Nnanga signe sur Big Dreams Entertainment, le label de Gervais Ngongang

Publié le 16 novembre 2018
Par Mota__Savio

C’est officiel ! Sandrine Nnanga vient signer pour l’ancien label de Locko. 

On n’a pas vu ça venir ! L’ex-chanteuse du groupe « Macase, nouvelle page », Sandrine Nnanga  prend un nouveau départ et rejoint la team Big Dreams Entertainment. La nouvelle vient d’être confirmer par le big boss du label, Gervais Ngongang. Une nouvelle immortalisée par deux photos de la chanteuse arborant le logo de sa nouvelle maison de disques. Sandrine est la deuxième artiste signée  cet année après Sojip. On attend de voir les projets de cette voix qui fait actuellement sensation. On wait !

 

 

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES