Salon Escale Bantoo est de retour pour une deuxième édition

Salon Escale Bantoo est de retour pour une deuxième édition

Publié le 7 mai 2018
Par Charly ngon

 La capitale économique se prépare à vibrer au rythme de la deuxième édition du Salon Escale Bantoo. Une rencontre culturelle qui valorise les artistes et groupes de musique féminins africains qui ambitionnent de jouer sur  les scènes internationales.

C’est parti pour un nouveau rendez-vous avec le « Salon international des voix de Fame et des Musiques du Monde ». Si plusieurs artistes africaines ont du mal à se produire sur certaines scènes à travers le monde, ce n’est pas faute de ne pas avoir du talent ou encore le potentiel. Elles manquent tout simplement de visibilité et d’accompagnement. Le Salon Escale Bantoo qui s’est inscrit donc comme une vitrine, mais plus encore comme un tremplin permettant aux musiciennes africaines d’aller à la conquête des scènes internationales, revient pour une nouvelle saison riche en découverte de nouvelles voix et d’activités ludiques pour les festivaliers. C’est du 23 au 26 mai sur les berges du Wouri.

Plusieurs délégations d’artistes et groupes de musique féminins venus de différents pays africains sont attendus à cette nouvelle édition du « Salon international des voix de Fame et des Musiques du Monde ». Soit un total de deux cent cinquante artistes originaires du Gabon, la république Centrafricaine, le Tchad, la Guinée Equatoriale, les deux Congo et le Cameroun. On imagine déjà les sensations fortes que vont vivre durant quatre jours le public, qui aura le plaisir de découvrir en live la richesse de la diversité culturelle africaine  à travers la musique. Parmi les artistes les plus connus de la scène camerounaise qui feront partie de la fête on aura : Daniel Eog, Estelle Mveng, Adango Salicia, Lady B et bien d’autres.

Si le salon est assez rigoureux sur la sélection des artistes devant participer à l’évènement, c’est pour gagner une certaine légitimité auprès des professionnels de la musique, des organisateurs d’évènements culturels en Afrique et la presse internationale. Avec toujours pour ambition de leur proposer un large éventail d’artistes féminines talentueuses, développant des sons, des textes originaux et uniques. Dans le but de faciliter des éventuels partenariats qui peuvent subvenir entre ces artistes et les promoteurs culturels présents. Le salon offre aussi des ateliers de formation, des rencontres professionnelles pour permettre à certains jeunes promoteurs culturels africains de nouer des contacts qui puissent les permettre d’intégrer les réseaux internationaux spécialisés dans l’événementiel.




Le Salon Escale Bantoo est une plateforme de structuration, de valorisation et de promotion des artistes féminins d’Afrique centrale. Après le succès de la première édition, une forte communauté d’artistes et de promoteurs culturels ont fait une union sacrée autour du projet, pour en faire une véritable machine de promotion de la musique féminine africaine à travers le monde. Plus qu’une utopie, le Salon Escale Bantoo entend jouer le premier rôle qui est celui d’être le nouvel espace des rencontres de nouveaux talents, des cultures et participer dans la promotion du tourisme en Afrique centrale. Plus encore, il réaffirme ses valeurs et son originalité en militant toujours pour la diversité, le travail et la solidarité autour des musiques africaines.

NB : Le Salon Escale Bantoo se déroule du 23 au 26 mai 2018 à l’Institut Français de Douala et au Cabaret le Bolongi à Bali.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES