"Quand on parle de BD au Cameroun maintenant, on peut dire LVDD" dixit Joëlle Ebongue

« Quand on parle de BD au Cameroun maintenant, on peut dire LVDD » dixit Joëlle Ebongue

Publié le 23 octobre 2017
Par Charly ngon


La vie d’Ebène Duta n’est pas un long fleuve tranquille, et ceux qui étaient présents à l’Institut Français de Douala lors de la dédicace du tome 3, ont compris que c’est aussi le ndem que vit son auteur dans son quotidien qui rend encore plus amusant l’histoire de cette BD.

Reprogrammée le jeudi 19 octobre, après une première annulation, la dédicace du tome 3 de la vie d’Ebène Duta, prévue pour 17 heures à l’Institut Français de Douala a connu un léger coup de retard. Une situation, qui n’a pas mis à zéro le moral des fans et des médias présents pour la rencontre.

L’attente prend fin avec l’arrivée de Joëlle Ebongue, avec un large sourire, qui traduit son impatience. La dessinatrice décide de serrer dans ses bras toutes les personnes qui ont pris de leur temps pour venir la soutenir. En prenant la parole, elle s’excuse pour le retard qui était indépendant de sa volonté, dans une autodérision qui la caractérise.

Puis, elle se lance dans une narration pleines d’enseignements de ses débuts jusqu’aujourd’hui, avec au passage une confidence sur ses rapports avec l’IFC. Pour elle, ce lieu représente le déclencheur de sa carrière de dessinatrice et c’est la raison pour laquelle, chaque fois qu’elle doit présenter un nouveau tome, c’est à l’IFC de Douala que revient la primeur.

Pour les personnes qui n’arrivent pas à comprendre, l’idée de cette bande dessinée, l’auteure apporte quelques explications. « C’est une BD comme toutes les autres avec la particularité qu’elle parle à chacun de nous. Depuis le début de l’aventure, l’héroïne vit une vie de merde, une vie qui peut être comparée à celle que d’autres personnes vivent au quotidien. Mais malgré cette adversité, elle garde la tête sur les épaules et continue malgré tout. Elle apprend de ses erreurs, se construit une personnalité au fil des tomes et le troisième volet de cette saga marque la fin de la naïveté d’Ebène Duta ».

A la question de savoir quel sentiment l’animait au regard de son parcours, Joëlle Ebongue n’a pas boudé son plaisir hein « Je suis très, très fière de ce parcours, parce que ce n’est pas facile d’être en autoédition, plusieurs personnes qui se sont lancées, ont laissé leurs plumes. Je suis fière d’être arrivée au tome3, je suis fière parce que je pense que quand on parle de BD au Cameroun maintenant on peut dire LVDD. Avant l’univers de la BD camerounaise n’était assez représentatif. Aujourd’hui lorsqu’on parle de BD, on pense rapidement à La vie d’Ebène Duta ».

Les aventures de LVDD continuent, d’ailleurs l’auteure a annoncé la sortie de trois autres tomes pour l’avenir, plus un, mais en attendant savourons déjà les trois premiers tomes disponibles.

NB : La Vie d’Ebene Duta est disponible à la FNAC sis à Bali au prix de 10 000Fcfa

 

Dans la même catégorie