Mihney signe son retour dans un clip sexy, dansant et coloré : "Pandemie"

Mihney signe son retour dans un clip sexy, dansant et coloré : « Pandemie »

Publié le 9 mars 2018
Par Mota__Savio

Désormais signée chez Eben Entertainment au Gabon, Mihney, jeune artiste camerounaise nous sert un nouveau vidéogramme réalisé par Dr Nkeng Stephens.

Mihney / Facebook

Du haut de ses 24 ans, Mihney est considérée comme l’une des nouvelles figures féminines de la musique urbaine au Cameroun.  Et pour cause : cette native de Bamenda qui a grandi à Douala, a commencé la musique à l’âge de 12 ans, fait des chœurs à l’église, rejoint un groupe de musique au lycée, enregistré son premier morceau « Flirt » avec DJ Knorry et surtout sorti en février 2015 « Depuis Quand ». Un morceau rap qui profite d’un mélange entre le français, l’anglais et le pidgin pour faire ressortir le flow de l’artiste sur une prod de Edi LeDrae.

Fort de ce succès précoce, la jeune chanteuse revient  – une année plus tard –  pour le clip qui ne totalise malheureusement que moins de 20 000 vues sur Youtube à ce jour. Après ce retard, elle s’efface volontairement ou pas des radars de la musique. Mihney réapparaît sous la bannière du label Otantik Ent. Avec ce crew, elle enregistre plusieurs morceaux avec notamment Yung Time, Belvia et Uncle Dro et surtout la mixtape intitulée « Otantik », sortie en 2016. En avril 2017, la go accompagne Yung Time dans « Uh uh,uh hum », un clip ouvert au clash.




Puis, silence radio jusqu’en fin d’année dernière. La féline refait surface en octobre pour annoncer sa signature chez Eben Entertainment, un label bien connu au Gabon qui a mis en lumière de nombreux talents locaux et étrangers à l’instar de Franck Ba’ Ponga, Masta Kudi, Cherokee, ou encore Kôba. Des noms peu connus au Mboa mais bons chez les Gaboma. De fil en aiguille, Nji Bihmimihney Nelly de son vrai nom, sort donc son tout premier titre sous son nouveau label : « Pandemie ».

Ce morceau à la cadence Dance Hall s’offre aujourd’hui un clip. Démarrant avec la puissance d’un saxophone tout à la fois baryton et alto, la musique de «Pandémie» propice aux night-clubs, nous montre la taille de guêpe de Mihney, qui se frotte sur le dancefloor, tantôt avec des tenues qui laissent bien voir son corps, tantôt avec des tenues si colorées qu’on a juste envie de la rejoindre sur la piste de danse avec ses danseurs. Un bon concentré réalisé par Dr Nkeng Stephens pour des soirées avec des potes, des collègues, et ce que vous voulez hein. Et comme le souligne Eric Benquet, fondateur du label Eben Entertainment, sur Gabonreview, c’est «une pandémie qui devrait gagner toute l’Afrique».

Au Letch, on enjoy le clip. 

ARTICLES SIMILAIRES