Mesdames, pouvez-vous sortir avec un mec "fauché" ? - Auletch

Mesdames, pouvez-vous sortir avec un mec « fauché » ?

Publié le 7 mars 2014
Par Point-Virgule


mec-fauché

Mesdames, pouvez-vous sortir avec un mec « fauché » ?

J’ai vu avec un grand plaisir que mon article sur les mbenguistes vous a plu. Je reviens aujourd’hui avec un autre sujet qui me taraude l’esprit (pas vraiment, mais je veux lire vos opinions) .

Je rentrais de l’école il y a quelques jours quand je me suis fait aborder par un jeune homme. En général, je ne m’arrête pas dans la rue, mais il a été assez poli donc je me suis autorisé à l’écouter. Il a entamé son speech, regard hagard, les mains dans le dos. Les phrases que j’ai retenues : « j’ai deux motos en circulation, je n’ai rien. C’est la 3e fois que je te vois. Tu me plais. »  Il m’a littéralement suivie pour que je lui file mon numéro. Je l’ai fait ! Il faut dire que depuis plusieurs mois, j’ai compris que le hasard n’existe pas et qu’on a toujours des choses à apprendre. On va dire aussi que je suis en train de faire une étude comportementale.

Il m’a appelée le même soir et m’a promis qu’il allait m’offrir quelques présents, mais pour ce faire, il fallait que je l’intègre dans ma vie. Je lui répondais qu’on ne m’achète pas, que je ne suis pas intéressée et il me suppliait de plus belle. Il a fallu que j’accepte le rendez-vous qu’il m’a fixé le lendemain pour qu’il raccroche ; rendez-vous que je n’ai pas honoré vu que je n’étais pas vraiment pas intéressée. Parmi les phrases qu’il me servait, il disait aussi : « ne me sous-estime pas, tu ne sais pas ce que je peux t’apporter. » Je me laissais à l’écouter par politesse (Je m’exerce à la socialisation. Je m’améliore, croyez-moi) et aussi parce que je sais que chaque rencontre qu’on fait est une expérience à savourer. Tout à l’heure quand je rentrais, il m’a suivie et m’a demandé pourquoi je ne suis pas venue à « notre » rendez-vous. Lol. J’ai beau répété que je ne suis pas intéressée, il me supplie toujours de lui « accorder une chance ».

Trêve de kongossa, voici ma question aujourd’hui : est-ce que vous seriez capable de vous mettre en couple avec quelqu’un dont le mode de vie n’équivaut pas au vôtre ou à vos attentes ? 

Je ne veux pas utiliser le mot « pauvre » ou l’expression « quelqu’un de différent », car j’estime que personne n’est supérieur à qui que ce soit. Tant que vous pouvez mourir, vous restez égal aux autres. On a tendance à se croire supérieur alors qu’on a juste eu la chance qui leur a manqué. (Je ne suis en rien supérieure à lui d’ailleurs s’il faille qu’on se limite à l’aspect financier. Une de ses motos pourrait m’acheter 20 paires de chaussures. Lol)

On vit dans un monde où les gens parlent de Dieu à tout vent. Nos parents sont ceux-là qui nous inculquent le respect et l’amour du prochain. Parfois, ce sont eux qui exigent qu’il ne faille pas qu’on se laisse à fréquenter des personnes moins nanties que nous par mesure de sécurité.

Par ailleurs, la culture africaine étant axée sur la superstition et les idées préconçues, des langues se délieront pour dire que si une « telle » personne nous approche, ce serait certainement par « intérêt », elle aurait certainement signé un pacte dans je ne sais quelle secte en mettant notre tête en prime. Sinon, c’est l’éternelle réplique des parents « on ne t’a pas envoyé(e) dans des écoles qui coûtent X millions pour que tu nous ramènes un(e) *mettez un mot dénigrant ici* ». En d’autres termes, nous serions des investissements à long terme. Et en tant qu’investissements, nous devons être rentables. Peu importe si l’individu en question est capable de nous rendre heureux, de répondre aux questions qu’on se pose. La vie, ce n’est pas Titanic où Rose est tombée pour Jack. La vie, c’est Keep it up with The kardashians. Une kim doit se marier avec un Yeezy. Point. Mais les dimanches entre-temps, tout le monde ira à l’ Eglise pour prôner l’humilité, l’amour du prochain et vous  saturerez mon fil d’actualité avec des versets rassis.

Ne nous méprenons pas. Je suis aussi de ceux qui pensent qu’on ne doive pas voir à la baisse ses exigences quand on sait ce qu’on est, et ce qu’on veut être. C’est toujours plus facile de fréquenter des gens qu’on juge comme étant nos semblables.
De plus, avec la mentalité des hommes, on a très souvent tendance à éviter des situations où on baisse nos exigences pour se retrouver au final cocufiée, battue, souillée, abandonnée. On préférera la situation où le confort matériel prime, nous donnant ainsi l’impression qu’on n’a pas tout perdu.

Ceci dit, j’ai appris que « la vie, c’est le tiercé ». Tout le monde peut vous blesser ou vous rendre heureux, il n’y a pas de mode d’emploi. L’essentiel est d’assumer et faire valoir ses choix.

Point-virgule ;

Dans la même catégorie