Avec "Love Original", Mr Leo sort son premier album, trois nouveaux clips mais sans grandes surprises

Avec « Love Original », Mr Leo sort son premier album, trois nouveaux clips mais sans grandes surprises

Publié le 21 novembre 2017
Par Mota__Savio

Concentré sur la pochette, Mr Leo apparaît avec des tresses mêlées de jaune, boucles aux oreilles, lunettes de soleil aux yeux, sur un fond noir bordé de marron. Quelque chose semble attirer son attention. Serait-ce de l’amour ? Oui, « Love Original », le premier album du chanteur est disponible avec à la clé, trois nouveaux clips et ce malgré des morceaux – il y en a huit quand même – sortis auparavant et par conséquent connus du public. 

 

On ne l’avait pas vu venir, ce coup de Mr Leo. « Love Original », son premier album est désormais disponible sur la toile. La tracklist de l’un des projets surprises de cette fin d’année 2017 – une nouvelle année pauvre en projets musicaux –  comporte finalement treize titres. Comme un œil au beurre noir qu’on essaye de dissimuler sous des lunettes, la plupart des chansons sont déjà connues du grand public. Huit morceaux au total – Jamais jamais, On va gérer, C’est faux, E Go better, Kemayo, Je t’aime, Femme, et Partout – et donc certains  – « C’est faux », « On va gérer », « Femme » et « E Go Better » – apparaissaient déjà dans The Love Story son EP sorti en 2015.

Album pour certains, compilation de titres pour d’autres, Mr Leo a sorti ces morceaux au fil des mois, depuis 2015, et dans une tranquillité qui ne dit pas son nom. Serein comme d’habitude alors qu’on attendait un album fait de nouveautés – il est vrai qu’il y en a cinq – le chanteur signé chez Alpha Better Records (re) sort ses succès depuis ses débuts.  Loin des grandes annonces d’album suivies de véritables campagnes (encore que ça ne se fait pas encore au Mboa du moins un ou deux exemples) le lover propose un projet peu surprenant mais compréhensible si l’on s’en tient au fil rouge de son projet : l’amour.

Et les trois vidéogrammes dans tout ça

En dehors de l’afropop et/ou soul made in Alpha Better Records, Mr Leo ne prend que très peu de risques. Tenez par exemple, sa collaboration avec Fanicko sur le morceau « Je suis moi comme ça ». Normal, entraînant, agréable mais pas extra. On est pas loin d’un titre comme « Jamais Jamais » tant au niveau du rythme que de la thématique.

Or, « Femme » en collaboration avec Rude Bway nous sert du reggae avec le ndolo. Un way différent. Et c’est du bon parce que la voix suave de Mr Leo vogue bien sur le beat conçu par Salatiel. Rude Bway apporte un peu de « Tchaka Boom ». Ce qui n’enlève rien à la douceur et les émotions du morceau. Surtout que le vidéogramme est taillé pour la circonstance. La plage, les tableaux et l’histoire font plaisir et démontrent au passage que le Cameroun n’a rien à envier aux autres.

Enfin, « Pray » réalisé toujours par Dr Nkeng Stephens. Assis dans la pénombre, le chanteur lance un appel à l’union du Cameroun en langue pidgin. Mr Leo se positionne en homme de société car il interroge nos actions, nos faits et par la même occasion le bon sens des uns et des autres. N’y voyons aucun relent activiste. Il s’agit juste d’un artiste qui profite de sa position pour sensibiliser, et donner son avis sur les questions qui divisent actuellement le Cameroun.
En somme, le premier album de Mr Leo est disponible sur toutes les plateformes légales de téléchargement. Nul doute que les fans sont conquis depuis quelques années par son talent mais le fait de remettre des titres – pas en bonus track- sortis depuis deux ans posent quelques questions. Qu’est ce qu’on entend par album en 2017 ? Ce mot a t-il encore un sens à l’heure du streaming ? De plus, quelle est sa valeur aujourd’hui  ? Il est vrai que le contexte est différent de Mbeng mais ces interrogations méritent leur place. Comme dit plus haut, que ce soit un album, une compilation ou autre chose, ce serait pas mal d’avoir les chiffres relatifs aux ventes des artistes camerounais. La première semaine ça vous dit ?

 

 

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES