L'histoire en marche : Maahlox en route pour remplir le Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé (PAPOSY) - Auletch

L’histoire en marche : Maahlox en route pour remplir le Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé (PAPOSY)

Publié le 20 mai 2018
Par dartnaud

Ces derniers jours, l’actualité de la musique urbaine a beaucoup fait parlé d’elle … et pour cause deux artistes de la scène HIPHOP ont annoncé leur concert au Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé connu aussi sur le pseudonyme de PAPOSY.

Maahlox

Pour être une première, s’en est une, jusqu’ici aucun artiste HIP-HOP vivant au Cameroun n’a encore réalisé l’exploit de remplir ce stade(même à moitié) lors d’un concert qui lui est entièrement dédié. C’est le défi que Tenor et Maahlox veulent relever. Le premier à la date du 18 Août 2018 et le second le 26 juin 2018. Aujourd’hui compte tenu du calendrier, on va prendre quelques minutes pour parler du phénomène Maahlox et son impact dans la culture Hiphop au Cameroun.

Du haut de ses 27ans, Maahlox est cet artiste là qui très tôt a flirté avec le rap. Quand on parle de Hip-hop au Cameroun, on ne peut pas manquer d’évoquer l’impact que les pionniers ont eu sur cette « industrie », des artistes comme Krotal, Ak Sang Grave, Negrissim, Koppo et d’autres ont posé les premières pierres. Eh bien … figurez-vous qu’à l’époque, on parlait déjà de Maahlox a.k.a Le Vibeur. Devenu Mainstream avec le single « La bière c’est combien ici » en 2013, le rappeur n’a cessé d’enchaîner les « hits » et je pèse bien mes mots ; Tous ou du moins 90% des singles que l’artiste à sorti depuis 2010 ont été des hits. Ses fans ne cessent d’augmenter et d’en redemander encore et encore. Et pourtant quand on connait la virulence et la vulgarité des textes du rappeur, très peu aurait cru en son succès. Quel est son secret, pourquoi autant d’engouement autour de lui ?

Maahlox est un gars « Vrai » … il est engagé

Maahlox est cet artiste qui a fait de la rue sa motivation, venant lui même du kwatt, il a voulu être cet artiste qui dénonce, qui interpelle, qui montre le ghetto tel qu’il est. Sans langue de bois, sans retenue, sans hypocrisie il dépeint les tares de notre société à sa manière. Mais au delà de son engagement social, il envoie de la bonne musique, des sons dansants alliant les rythmes locaux au sonorités hiphop. Mais il ne s’arrête pas seulement à la musique, son action continue dans son lifestyle, dans son quotidien … Maahlox est l’artiste qui n’a pas hésité à montrer son troisième doigt aux médias qui ne voulaient pas diffuser sa musique sous prétexte qu’elle n’était pas « corporate ». Maahlox est l’artiste qui n’a pas hésité à s’insurger lorsque la marque Puma à choisi MHD comme égérie pour porter le maillot des lions indomptables, alors qu’il y a des artistes urbains camerounais qui pouvaient occuper la place de ce dernier. Maahlox est l’artiste qui a chanté le single « les sorciers » pour désigner toutes ces personnalités qui abusent de leur position à coup de corruption, de complots pour empêcher les autres (méritant) d’avancer. Maahlox est celui qui dit tout haut ce que la rue pense tout bas, ce que les opprimés pensent tout bas, ce que les faibles pensent tout bas, ce que le bas peuple vit au quotidien comme inégalités et souffrance.

Maahlox est un gars « Vrai » … il est « bankable »

Maahlox est le produit d’une culture que beaucoup de personnes ont considéré comme une sous-culture. J’entends encore ici les paroles de nos parents « Encore le rap, votre musique de voyous là ? Je ne veux pas entendre parler de ça dans ma maison ». Bon nombre de rappeurs connaissent encore ce refrain de nos jours. Maahlox fait parti de ceux là qui y ont cru et qui aujourd’hui vivent de leur art, de cette culture HIP-HOP au Cameroun. Maahlox ce n’est pas moins de 7 shows par mois au Cameroun depuis le mois de Février. Maahlox c’est deux tournées européennes. Maahlox, c’est un artiste HIP-HOP qui gagne sa vie grâce à cette culture. Il a même crée une marque de vêtements qui porte le nom de M.O.U.F (Mental Organisation Union Force) vendue déjà à plus de 3000 exemplaires, c’est un exploit au Cameroun !

Aujourd’hui quand Maahlox annonce son concert au Palais des sports, sans gros sponsors déclarés ( au moment de la rédaction de cet article ),  c’est l’aboutissement d’un travail de longue haleine qui a commencé, il y a quelque années avec les pionniers de cette culture au Cameroun tel que Malekunfu, Sadrak et d’autres. C’est l’aboutissement du travail qu’effectuent les hommes de l’événementiel comme Didier Toko qui organise avec son équipe depuis 8 ans le Douala HIP-HOP Festival. C’est l’aboutissement du travail que des artistes comme Jovi ont insufflé aux jeunes en leur montrant qu’on peut rapper MBOKO et faire de la qualité. C’est l’aboutissement des labels, des managers comme Ach 4 Life qui ont tout laissé pour miser sur cette culture et son potentiel. Aujourd’hui on a des médias dédiés à la musique urbaine, des blogueurs qui ont comme thématique principale la musique et qui en vivent, on a des artistes (un artiste, Tenor) signé chez Universal Music Africa …

Aujourd’hui quand Maahlox annonce son concert au Palais des sports et que

 JOVI lui dit : « Damn Maahlox don’t need Palais des Sports he need da Stadium … »

et qu’en retour

Maahlox lui répond : « Je te promet que ce stade on va le faire ensemble … »

C’est tout simplement beau à voir ! Je ne citerai pas le support qu’il a eu de ses autres pairs, rivaux dans la musique (parce que c’est un sport de haut niveau), mais tous, ayant le regard fixé sur le même objectif … C’est tout simplement à l’image de l’union qu’on souhaite voir entre camerounais de tout bord. C’est tout simplement le respect, la valorisation du travail et des efforts d’autrui, que tout camerounais réclame.

En cette date du 20 mai, célébration de l’unité du Cameroun, unité ébranlée par ce qui se passe dans la zone anglophone depuis plusieurs mois déjà ; les camerounais ont besoin de réelle communion, les camerounais ont besoin d’avancer ensemble, de se soutenir mutuellement, de s’encourager, de faire bouger les lignes main dans la main. Nous avons beaucoup de défis à relever … Montrons l’exemple en allant remplir ce palais des sports le 26 juin 2018. On ne les laissera pas écrire notre histoire à notre place … Maahlox a fait sa part, la balle est dans notre camp, écrivons cette page de l’histoire avec ses plus belles lettres.

En tous cas AULETCH sera sauf que là !

Bonne fête de l’unité à tous … et longue vie au King (lol)

 

 

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES