Les 13 identités de nos contacts Facebook. - Auletch

Les 13 identités de nos contacts Facebook.

Publié le 21 août 2014
Par Jean Ndi Ansa


13_identités_facebook

Pour la plupart nous avons des comptes Facebook depuis les alentours 2008 et 2010. Depuis le temps, nous avons découvert une nouvelle façon de rencontrer, une nouvelle façon d’interagir, une nouvelle façon de partager, de draguer, d’aimer et d’haïr.

Facebook nous a surtout permis de découvrir une nouvelle façon d’observer. nous découvrons des aspects nouveaux chez les gens que nous n’aurions forcement pas connu par d’autres canaux. Un peu comme moi, le nombre de contacts sur fcbk tourne entre 500 et 1000, voir moins voir plus ; ce nombre nous permet d’identifier des types de contacts que je m’en vais citer.

  1. Je commence par les aigris. Ce sont ces contacts qui sont irrités par nos activités sur le réseau mais n’ont pas la force de nous retirer de la liste d’amis de peur de manquer de vivre notre chute en direct. Ils sont souvent très semblables à nous mêmes sur certains plans (scolaire, académique, professionnel ou sociale), et cette similitude engendre parfois cette jalousie refoulée et par la suite de la haine gratuite. On les reconnait par des commentaires déplacés qui s’écartent de la tendance générale des autres commentaires. Leurs “likes” sont très rares, mais on sent tout de même leur présence et des fois j’ai même souvent l’impression de savoir qui a lu mon statut ou pas.

  1. Puis il y a les haters. Ceux-ci sont plutôt très silencieux, pas de commentaire, pas de like. Tu les reconnais quand un jour, lors d’une conversation, ils font allusion à une de tes publications qui remonte à très longtemps.

  1. les ‘commenteurs’ ou les ‘commentataires’. Ceux-là, je me dis souvent qu’ils auraient dû être journalistes. Ils n’ont pas de post intéressants, mais sont les premiers animateurs en commentaires sur ton post. Leurs commentaires sont longs comme des articles ; ils se sentent obligés de répondre à tout le monde sur le post. Le problème est que très souvent ils détournent le sujet de ton post et chassent même les gens de celui-ci

  1. Les clasheurs. Une pote m’as dit un jour “si tu chies en route et tu vois la caméra de canal 2, assieds toi sur ton KK”. Ce sont ces personnes avec qui tu n’as même pas envie d’avoir un petit soucis. Sinon on te dédicace un statut direct. Personnellement, je connais des filles qui sont dans cette catégorie, et elles se demandent toujours pourquoi personne ne les drague.

  1. Les sentimentaux. Ce sont mes preférés. Ils ont le like de compassion facile. On te tague sur le deuil de ta belle tante par alliance… il like. Jusqu’à tu stoppes d’abord ton deuil pour wanda sur son like.

  1. Les dragueurs. Ceux-ci, quand tu lis leurs commentaires, tu as l’impression de lire un lyric des poetics lovers. Je ne te parle même pas de leurs syntaxes qui te donne les maux de têtes, tellement tu ne comprends pas ce qu’ils disent. Ils ne commentent que les post de filles.

  1. Les freeboys. Les seuls qui rendent encore ce facebook interessant. Ils postent tout ! De ce qu’ils mangent, à leurs nga, en passant par leurs séjours à l’hopital.

  1. Les convertis. Ici c’est ceux qui au début postaient des photos de fêtes, de swagg, leurs cuisses, puis une période de silence, puis c’est now les versets bibliques tous les jours. Et quels versets ? ils lisent seulement les livres de Corinthien et Thessalonicien massa. C’est comme si pour ta première bière tu commences par la Tuborg. Ou ils ont déjà fini de lire le livre de Matthieu et Luc ooooh ? Man no Know

  1. Les frustrés. Je les appelle ainsi parce que je ne trouve pas un autre terme approprié pour eux. Ils ressemblent aux convertis, mais à la différence qu’après le moment de silence, soit le Facebook est supprimé, soit toutes les photos sont supprimées. Ça arrive très souvent quand la vie ne donne plus et surtout quand leurs concurrents directs percent devant eux. Un jour ils réapparaissent et postent le proverbe justificateur : “Pour bien vivre, il faut vivre caché.”

  1. Les versatiles. Ça ce sont mes contacts, quand ils sont contents tu sais, quand ils ont une déception amoureuse tu sais, quand elles cherchent déjà le mariage, les albums photos changent de nom et de contenu tous les jours. Quand elle est avec Romeo, en profil c’est eux deux, en cover c’est les lèvres de Romeo, dans son nom il y a Roméo sur ça. Puis un jour piff tout change. On remet maman en profil et la famille en cover. Un mois après on te fais déjà le teaser de Cédric,  la boucle recommence !

  1. Les proud. C’est ceux qui sont fiers d’eux au point de vouloir partager leurs prouesses avec tout le monde. Ils n’hésitent pas à afficher leurs badge de travail, leurs noms sur des écrans de conférence, leurs billets d’avion pour Londres et j’en passe. c’est eux qui ont souvent beaucoup de haters dans leurs listes et le font savoir.

  1. Et je fini par ma catégorie, les blagueurs. Ceux-là prennent Facebook pour la cour de recréation. Ils passent le temps à jouer, poster des blagues, faire des commentaires drôles ou cosheurs. Tu ne sais ni où il vit, ni ce qu’il fait, ni qui est sa nga. Il te maintient dans un flou total tout en ayant la maîtrise sur ses activités publiées.

  1. An mince j’avais oublié, les joueurs de jeu Facebook (Candy crush, age of empire etc …), arrrrrghhhhhh j’ai même pas envie de parler d’eux.

Bye

Dans la même catégorie