Les 10 tchops incontournables au Cameroun - Auletch

Les 10 tchops incontournables au Cameroun

Publié le 7 septembre 2015, par dartnaud

 

Vous même vous savez qu’ au letch, on aime la tchop* nooon ! Aujourd’hui, nous avons fait une sélection de 10 plats incontournables sur le territoire national. Que tu sois à Kupamatapi, à Fonakeke ou encore à Mora, tu as déjà tchop* au moins un de ces plats. Vérifiez par vous-même.

  1 – Le Ndolè. A tout seigneur tout honneur ! Ne discutez pas, le Ndolè c’est « the » plat ! Le meilleur ambassadeur du Cameroun dans le monde entier. Le seul plat que tu peux tchop avec le couscous, le plantain – frit comme bouilli, l’igname, le macabo, le miondo, le bobolo*, ou encore le riz (les habitués des funérailles se reconnaîtront). Je ne vous parle même pas alors des crevettes et des oignons frits qu’on met souvent au dessus là … Eeeh Dieu ! Tu existes !!

ndole

2 – Le poisson braisé. Ce n’est certes pas un plat traditionnel, mais c’est l’un des plats les plus prisés au Cameroun. Il n’y a qu’à regarder tous les coins chauds, il y a au minimum deux maters* qui te vendent un meilleur poisson braisé. Le maquereau ooh ! Le bar ooh ! La sole ooh ! Le tilapia ooh ! Même le capitaine est dedans. Mais la particularité de ce plat heiin, c’est le piment qui l’accompagne. Si tu veux vraiment apprécier ton poisson, prend le piment (la sauce rouge) et tu mélanges avec les condiments (la sauce verte ou marronne des fois) accompagnés d’un bon bobolo*, c’est la mort ! Si tu es de passage à Yaoundé, n’oublie pas de faire un tour à Maison Blanche*, tu ne seras pas déçu.

poisson_braisee
3 – Le koki. Quand je pense à la tchop ci, je me rappelle seulement une femme qui criait en plein midi « KOKI CHAUD ! KOKI CHAUD ! « . C’est un plat de la mort seulement ! Ca ne manque jamais dans les menus de restaurant au Cameroun. Et sa particularité, c’est qu’il faut le manger chaud, quand ça vient de sortir de la marmite. C’est tellement fondant dans la bouche que tu peux enchaîner deux boules comme les blagues. Il y a souvent une partie blanchâtre là qui n’a pas été mélangé à l’huile, quand tu arrives alors là-bas heiin … Oh là là, Seigneur !!

koki

4 – La sauce jaune. L’autre ci alors … On dit souvent au letch : connaisseur connait ! Massa le taro et sa sauce jaune aux 11 condiments !! On appelle ça la nourriture des notables. Auparavant, si tu n’avais pas un titre à la chefferie Bamiléké*, tu ne pouvais pas manger ça. C’est un plat mythique. Quand on a alors mis les tripes ou le poisson fumé à l’intérieur, c’est dangereusement appétissant. Ne jamais consommer ce plat avec les couverts ; exclusivement avec la main, sinon c’est un sacrilège. Petite technique pour ne pas en mettre partout, faites un cratère avec le taro et versez la sauce jaune au milieu.
taro

5 – Le mbongo tchobi. Si tu n’es pas un gars du pays, tu ne peux pas know ce qui se passe dans la tchop là. Le mbongo tchobi c’est une onctueuse sauce de couleur noire, terriblement savoureuse ! Une spécialité des Bassas dans le Littoral. Au départ, on le préparait toujours avec le machoiron*, d’ailleurs tchobi ou tjobi signifie poisson en langue Bassa. La légende dit que la femme qui l’avait cuisiné mettait le tobassi* dans la tête du poisson avant de l’offrir à son amoureux ou à l’ homme qu’elle convoitait. Anyway, ce plat accompagné de macabo* bouilli ou de plantain mur bouilli, c’est la mooOort !

bongo_tchobi

6 – Le eru. Pour le plat ci, je vais vous donner une adresse (façon  letchoise hein!) : aller au quartier Melen à Yaoundé en face de Polytech. Il y a un pater* là qui vend le meilleur eru de toute la capitale. C’est l’embouteillage que tu veux voir dans son restaurant ? Du pousseur au directeur d’entreprise, les gars sont au pot ! C’est vous dire combien son eru est môôô, avec flop d’embouteillage dedans (kanda*, viande de boeuf, tripe
7 – Le Nkui. Qui ne connaît pas le Nkui ? Ce célèbre met camerounais. Une sauce gluante marron, parfois noire – ça dépend du dosage des condiments – accompagnée de couscous de maïs. La particularité de ce plat, c’est qu’il faut avoir LA technique pour pouvoir tcha la sauce, sinon c’est le couscous sec que tu vas avaler. Très prisée auprès des Bamilékés, la coutume voudrait que lorsqu’une femme vient d’accoucher, on lui prépare ça au moins une fois par semaine. Il paraît que ça nettoie le ventre et que c’est bon pour l’allaitement maternel.

nkui

8 – Le soya est cette viande de bœuf qu’on braise à grand feu dans presque tous les carrefours populaires du letch. Un ministère lui est carrément dédiée au quartier Briqueterie à Yaoundé. Tu trouves la viande braisée là-bas sur toute ses formes. Le way de l’heure, c’est le 50 – 50 ; des petites brochettes de bœuf, même comme la taille des morceaux de viande diminue chaque jour… Trooop Bon !

soya
9 – l’Okok. Prenez des feuilles d’Okok, de la pâte d’arachide, du jus de noix de palme, vous mélangez le tout façon façon et vous obtiendrez un des plats les plus mythiques du Cameroun, une spécialité de la région du Centre. Quand tu tcha ça avec le bâton de manioc, ou le kassala*, tu ya le goût seulement derrière ta tête. Une tuerie !

okok

10 – Le poulet DG. On termine avec le non moins célèbre poulet DG – DG pour Directeur Général. Des plantains (non) mûrs découpés en rondelles et frits ; puis mélangés dans une sauce au poulet frit avec carottes, haricot verts, poivron et quelques épices dont les cuisiniers ont le secret. Ce plat est un incontournable de la gastronomie camerounaise.

Poulet_DG

Voilà nous venons de visiter le Cameroun à travers 10 mets mythiques. Massah, façon j’ai cité là, j’ai déjà faim mal mauvais ! Le pire,c’est que je vais me battre avec le sauveteur… Ca me laisse ?

Pardon, en mettant la marmite au feu, bipez moi seulement. Sinon quels est votre tchop mythique du letch ?

Complétez la liste en commentaire.

 

Lexique:

Tchop: manger, nourriture

Bobolo: bâton de manioc

Maison Blanche: quartier populaire de Yaoundé

mater: maman

Bamiléké: peuple originaire de la région de l’Ouest du Cameroun

Tobassi : filtre d’amour ou charme

macabo : tubercule

pater : papa, personne âgée

kanda : peau de boeuf

kassala : manioc

Retour à la page précédente en cliquant sur le bouton ci-dessous !





[/nextpage]

Auteur : dartnaud

L'Afrique mon essence, le Cameroun ma muse ... J'aime la tchop (le kouakoukou et le riz), les mots(la poésie), la musique (Bikutsi, Hip-Hop). Blagueur et toujours en mode sourire. Si tu veux me "vexe", touche mes dos !


Rejoins la communauté !


Le premier espace communautaire, pour Apprendre, Enrichir, et Partager sa Culture ... Et gagner des promos sur les produits et services de la Marketplace.

Bientôt en ligne !