Jovi a encore dérangé avec le clip de « Sok Sok » - Auletch

Jovi a encore dérangé avec le clip de « Sok Sok »

Publié le 16 mai 2020
Par Charly ngon


C’est avec une ambiance dansante et surtout très sulfureuse que Jovi a devoilé le clip de « Sok Sok ». Il fallait un peu s’y attendre, car le rappeur a appuyé là où ça fait mal.

Est-ce que c’est alors la première fois qu’il le fait ? Le visuel balancé par la team de New Bell Music pour annoncer la sortie du clip de Jovi était assez énigmatique. Il ne laissait visiblement aucune chance à quiconque de deviner ce à quoi il fallait s’attendre. Tout a été pensé dans les détails pour laisser planer le doute comme d’habitude. Qui ignore qu’avec Jovi le suspense est toujours au rendez-vous ? C’est donc sur un argumentaire visuel porté sur le show et la sensualité que le titre clippé « Sok Sok » a été dévoilé au public. Une sensualité omniprésente dans le clip qui n’a certainement pas échappé à l’attention des fans, ce qui ne manquera pas d’alimenter les débats. Dans tous les cas on ne perd rien à attendre. Provocation ou pas, le Mboko God maîtrise son sujet.

Sok Sok est une chanson qui fait partie du quatrième album de Jovi Le monstre. C’est une expression en camfranglais très populaire qui veut dire « beaucoup ». Et l’auteur de «Mentality» à travers ce vidéogramme a voulu montrer à sa manière comme cette expression peut être perçue. On le voit d’ailleurs très bien entouré avec des filles aux allures très aguicheuses qui se font remarquer par leurs lingeries fines très hot. Sous la cadence de la musique, elles font bouger leurs fesses en signe de provocation. D’ailleurs Jovi n’est pas insensible à l’appel de balle, seulement au moment de conclure avec la fille, elle est occupée à regarder une série. À côté des images un genre un genre qui apparaissent tout au long de la vidéo, on voit aussi celles où Jovi enjoy grave avec ses potes dans une soirée où tout est en Sok Sok : les femmes, la boisson, l’ambiance, l’argent, bref tout. Une fois de plus le boss du label New Bell Music est resté dans son élément hardcore avec son style qu’on lui connait très bien.

Auteur : Charly ngon

Molah ne te fie pas à mon name, je ne suis pas un mbenguiste, je suis du bled comme toi. Les hauts et les bas sont notre quotidien, donc ne fia pas c'est entre nous quoi ... comme au letch

Dans la même catégorie