[Zoom On] : Stephie-Rose Nyot Nyot, fondatrice de ‘‘Je Parle Le Bassa 2.0’’, un projet pour la préservation des langues maternelles - Auletch

[Zoom On] : Stephie-Rose Nyot Nyot, fondatrice de ‘‘Je Parle Le Bassa 2.0’’, un projet pour la préservation des langues maternelles

 

 

13173612_10209250499517413_1110121797261362820_og

Hello les letchois ! Rencontre aujourd’hui avec Stephie-Rose Nyot Nyot, jeune franco-camerounaise pleine d’ambition et initiatrice du projet ‘’Je Parle Bassa 2.0’’. Vous le savez sans doute, Au Letch, c’est le village et quand on parle de langue maternelle au Cameroun, nous sommes tous concernés. Entretien avec une camerounaise soucieuse de ses origines et qui nous parle de son projet novateur…

 

Bonjour Stephie-Rose. Comment tu vas ? Peux-tu te présenter aux letchois ?

Bonjour, mon nom est Stéphie-Rose Nyot Nyot, je suis franco-camerounaise. Je travaille dans le domaine de l’éducation et de la communication internationale.

Tout d’abord, qu’est ce que ‘‘Je Parle Bassa 2.0’’ ?

Le projet Je Parle Le Bassa 2.0 (JPLB 2.0) a été lancé en décembre 2013, il se positionne sur un apprentissage et une communication participative et interactive ayant pour but l’acquisition facile et rapide des bases de l’une des langues du Cameroun, le bassa. Le projet est présent sur les réseaux sociaux, Facebook Twitter,YouTube. Cette initiative a pour objectif de promouvoir l’importance des langues régionales africaines et la richesse de la diversité culturelle ; de les préserver et les protéger en leur procurant une nouvelle vie. En raison de divers éléments de la mondialisation ces langues sont amenées à disparaître.

D’où t’es venue cette idée de mettre en relation les personnes souhaitant apprendre le Bassa ?

Après avoir passé un certain nombre d’années à l’étranger, loin de mon cocon familial, je commençais à ressentir un besoin identitaire qui se matérialisa par mon incapacité à m’exprimer en bassa, langue de mes parents.
En 2013, je fis plusieurs recherches afin de trouver des supports me permettant de combler cette gêne, n’étant pas satisfaite des ressources disponibles, j’ai décidé d’allier réseaux sociaux et langues ancestrales afin de créer un projet participatif en l’occurrence ce forum de partage.

Tu as lancé le 28 Mars 2016 un crowdfunding pour rassembler des fonds pour cette initiative. Peux-tu nous en dire plus ? A quoi serviront les fonds récoltés après la campagne de financement ?

Je parle le bassa 2.0, qui est un concept protégé, rassemble désormais plus de 7000 personnes. Le devoir de mémoire que nous entreprenons fait face à un succès grandissant. De ce fait, de nouveaux outils pédagogiques doivent être lancés afin de répondre à la demande accrue de nos abonnés, de recruter de nouveaux intéressés, globalement d’atteindre une nouvelle étape, un nouveau dynamisme. Depuis peu, nous avons lancé une campagne de financement participatif (28 mars-18 mai) pour pallier aux futures difficultés financières sur la plateforme KissKiss Bank Bank qui servira entre autres à :
• Développer un site web en français et en anglais, afin d’acquérir une visibilité internationale
• Développer une application mobile, qui permettra aux utilisateurs d’apprendre le bassa en tout temps et en tout lieu. A travers cette application qui contiendra des exercices, les abonnés auront l’occasion de jauger leurs niveaux
• Créer un réseau pour apprendre à parler d’autres langues camerounaises/africaines qui seront par la suite intégrées au site web

Concrètement vous avez besoin de quelle somme ?

Nous avons besoin de la somme de 7000 euros.

On observe que les fans en redemandent sur la page Facebook dédiée au projet. Comment ça se passe au quotidien avec eux ?

Le quotidien se déroule très bien, il y a énormément d’échanges au sein de la page, que ce soit au niveau des questionnements des participants, de leurs apports de connaissances et des cours et correction proposés ensemble. Nous constatons une véritable interaction et participation comme recherché au sein de ce concept.

Ok ! A quelques jours de la fin du financement participatif, quel message souhaiterais-tu passé aux lecteurs, internautes ou toute personne intéressée par ce projet ?

Les langues africaines comptent, il est de notre devoir de les protéger et de les faire perdurer ! En ce sens, nous vous invitons fortement à faire un don au sein de notre campagne, vite il reste quelques jours. Retrouvez-nous sur KissKiss Bank Bank/ Je parle le bassa 2.0

Un petit mot en Bassa pour nous les letchois…

I ngingii !!

Tout le Letch te remercie pour ta disponibilité et te souhaite bonne chance pour la suite
Un grand merci à votre équipe pour l’intérêt porté à notre projet et à son caractère profond qui est la langue, enracinement et repère réels de tout individu.

Pour soutenir la campagne, contribuons ici

Mollah, moi je suis Africain hein ! Camerounais et fier de l’être. Team: Vert-Rouge-Jaune ô Bosso. Internet ma muse, je n’oublie pas pour autant le ndolè et les missolè de mes ancêtres. Bref, je suis un gars comme vous : Un gars « connecté ». Hein ! Mollah

Tags:

Article de la même catégorie

Soutenez « HIGOMA », les tambours parlants à Bluetooth Made In Cameroon

10 choses à savoir sur la 1ere édition de ‘CREATIV’ du 7 octobre au 10 décembre 2016

Prenez la parole en public avec Jesse Carlton Part 4

Prenez la parole en public avec Jesse Carlton Part 3

A la Rencontre de Loïc Nkono, le conducteur de la série littéraire Ndemdutakesh

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

© Auletch 2017

3 Partages
Partagez
Tweetez3

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?