Interview : Minette Lontsie, C.E.O Kamerlyrics « Il est important que nous sortions du découragement et du...on va faire comment ? »

Interview : Minette Lontsie, C.E.O Kamer Lyrics « Il est important que nous sortions du découragement et du…on va faire comment ? »

Publié le 31 mars 2018
Par Dickson

On a rencontré Minette Lontsie, la promotrice de Kamer Lyrics , l’application pour apprendre les paroles de chansons camerounaises.

  • Bonjour, vous êtes connues pour être à la tête de cette initiative ! Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ? D’où venez-vous ? Quel a été votre parcours ?

Je m’appelle Minette Lontsie, j’ai 28 ans. Je suis née et j’ai grandi à Bepanda à Douala. Je suis la fondatrice de We Tell Africa, qui est une agence digitale qui édite plusieurs sites web, parmi lesquels Kamer Lyrics, qui est le premier site de paroles de chansons au Cameroun, et aussi les sites lemobileaukamer.com, foutoo.africa,  showbook.cm et Afrikalyrics.com. En ce qui concerne mon parcours, j’ai une licence en journalisme et communication obtenue à l’université de Buea et un Master en Communication et Action Publique Internationales obtenu à l’IRIC. J’ai travaillé pendant quelques années comme responsable de communication et du marketing digital dans quelques PME avant de tenter l’aventure entrepreneuriale il y’a peu.

  • Quand avez-vous décidé de vous lancer dans cette aventure ? Quel a été le déclic ?

Kamer Lyrics c’est mon tout premier projet. Je l’ai lancé en décembre 2013, alors que je terminais mon Master. Le déclic je l’avais eu quelques années plus tôt alors que je travaillais comme rédactrice chez MAD, magazine spécialisé dans la promotion des lyrics et l’apprentissage de l’anglais à travers la musique entre 2008 et 2011. J’avais alors pu constater la difficulté d’accès aux paroles de chansons camerounaises et d’Afrique francophone en général, contrairement à celles d’Europe et d’Amérique et quelques pays africains comme le Nigéria qui disposaient déjà de plusieurs sites de paroles de chansons. Je me suis dit, ce serait bien pour la promotion de notre musique locale d’avoir une plateforme de lyrics qui soit 100% camerounaise. J’ai mûri le projet et quand j’ai terminé les études, je me suis lancée.

  • Parlez-nous de votre service en détails et dites nous comment il fonctionne ?

Kamer Lyrics c’est un site web et une application mobile de lyrics 100% Camerounais. Nous mettons à la disposition des mélomanes du Cameroun et du monde, les lyrics des chansons du Cameroun, ainsi que les traductions des chansons en langues locales en français et en anglais, pour leur permettre non seulement d’apprendre à chanter, mais aussi de comprendre les messages à l’intérieur de ces chansons.

  • Pourquoi selon vous utiliser votre service est un plus pour le Cameroun ?

Avant Kamer Lyrics, il n’existait aucune plateforme de lyrics camerounaise. Il est difficile d’avoir d’accès aux lyrics de chansons camerounaises. Seules quelques dizaines de paroles de chansons camerounaises étaient disponibles sur internet, essentiellement ceux de grands noms de la musique camerounais signés sous des labels étrangers. Notre site a la particularité d’être gratuit et ouvert à tous les artistes camerounais. Que vous soyez un artiste confirmé ou un artiste en herbe qui vient de sortir son tout premier single, notre plateforme est disponible pour tous et tous les genres de musique y sont représentés.

En plus d’être le premier site de paroles Camerounais, Kamer Lyrics est aussi la meilleure et la plus large banque de lyrics de chansons Camerounaises. Les paroles que vous trouverez sur Kamer Lyrics, pour la plus grande majorité, vous ne les trouverez sur aucun autre site pour la simple raison que nous transcrivons nous même plus de 80% de paroles que vous trouverez sur le site. Du coup, l’essentiel des paroles camerounaises présentes sur les sites et applications étrangères ont  pour la plupart du temps été copiées de Kamer Lyrics vers ses sites, par des utilisateurs.

Nous nous démarquons aussi des grands sites parce que nous vérifions systématiquement les paroles que nous publions.  Contrairement aux autres sites de paroles dans le monde où les lyrics sont soumis par les utilisateurs sans aucune ou très peu de modération, et où on retrouve parfois des lyrics truffés de fautes ou qui ne correspondent pas à la chanson. A Kamer Lyrics, nous  rédigeons nous-même la plupart des chansons. Pour celles que nous recevons, nous procédons à une vérification pour s’assurer que les paroles correspondent bien et corriger les fautes quand nécessaire. Même s’il arrive que nous même nous fassions des fautes,  notamment sur des lyrics en langues locales car nos rédacteurs ne sont pas tous des linguistes et traducteurs professionnels.

  • Quelles sont les défis que vous rencontrez dans votre parcours ?

Le financement reste un grand défi pour nous. Il est très difficile aujourd’hui de financer les activités de transcription et de traduction car le site ne rapporte pas encore grand-chose.  Un autre défi, c’est la difficulté de constituer une équipe solide et performante, notamment en l’absence de fonds réguliers pour gérer cette équipe et la garder motivée. Enfin, un autre défi reste les labels et les artistes dont on ne bénéficie pas encore du soutien. Nous espérons vraiment sur le moyen-terme réussir à intéresser les artistes et cultiver en eux l’habitude de proposer et diffuser les paroles de leurs chansons systématiquement à la sortie de chaque nouvelle chanson ou album, comme cela se fait dans les industries musicales plus développées.

  • Selon vous, quelles sont les pré requis pour être entrepreneur dans le contexte socio-économique camerounais ?

Je dirais d’abord la passion : sans elle, c’est difficile de rester motivé lorsqu’on fera face aux difficultés, qui sont tellement nombreuses quand on est entrepreneur. Le second prérequis à mon avis, c’est l’équipe. Il peut s’agir d’un groupe de 4 personnes ou même juste d’une seule personne qui vous accompagne ;  un co-founder ou un partenaire, qui croit autant que vous au projet, qui est prêt à donner du temps pour vous aider à lancer votre projet, ou à vous financer le projet ou à vous motiver. Tout seul il est difficile d’aller bien loin. Enfin je dirais aussi la créativité et la persévérance, ce sont des atouts  qui vous permettent de se faire une place, d’atteindre ses objectifs et de réussir sur la durée.

  • Une anecdote marquante de votre parcours d’entrepreneur

Là comme ça je pense à la première version de Kamer Lyrics qui est restait chez un ami développeur. J’avais avancé les sous et on avait acheté le domaine, mais après  plusieurs mois d’attente, rien  n’avait été fait. Et comme je n’avais pas accès au domaine acheté, le projet est resté bloqué comme ça plusieurs mois.  Puis un jour, je suis tombée par hasard sur une annonce d’une entreprise de développement de sites web, je les ai contactés. J’ai renoncé à mon ancien domaine et pris un nouveau. Au bout d’un mois, le site était en ligne. Aujourd’hui, je me dis que c’était la meilleure chose qui m’était arrivée, car ça m’a permis de rencontrer un meilleur partenaire, un excellent développeur avec qui je travaille sur Kamer Lyrics et mes autres projets depuis 4 ans et sans qui le site n’aurait pas pu être où il est aujourd’hui.

  • Où est-ce que vous vous voyez dans 5 ans ?

Sur le plan professionnel, ma vision pour les 5 prochaines années, c’est d’étendre mon entreprise et mes différents projets digitaux dans d’autres pays africains. Dans 5 ans, j’aimerais être à la tête d’une entreprise panafricaine basée dans au moins 4 pays africains et qui emploie et créé de la valeur pour des centaines d’africains.

  • Si on devait mettre en lumière une autre start-up ou initiative camerounaise actuellement, selon vous ce serait laquelle ? Pourquoi ?

Il y’a tellement de startups camerounaises que j’aimerai mettre en lumière en ce moment. J’ai la chance d’être depuis peu  incubée dans l’incubateur tech ActivSpaces, où je rencontre et côtoie d’autres jeunes entrepreneurs avec des projets innovants et créatifs. Il s’agit par exemple de  Walkiwi un moteur de recherche qui permet de trouver et contacter des professionnels, de Voozi, la plateforme de vente de tickets d’évènements en ligne, Viki for business qui est intelligence artificielle qui joue le rôle d’assistante commerciale et de Akoum qui fait la promotion du made in Cameroun.

  • Un mot pour la fin … 

Il est important que nous sortions du découragement et du « on va faire comment ? » dans lequel nous sommes noyés aujourd’hui et qu’on essaye de faire, chacun à notre niveau, quelque chose pour faire bouger les choses.  Ça peut être sur le plan social, politique, professionnel. Il y’a tellement de choses à faire et on dit être plus entreprenants, il faut se lancer, travailler dur et être persévérant. Ce sera peut-être difficile, mais pas impossible.




ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES