GéoCameroun, la plateforme de collectes de données géographiques qui s’inspire de la tontine

GéoCameroun, la plateforme de collectes de données géographiques qui s’inspire de la tontine

Publié le 28 mai 2020
Par Charly ngon


GéoCameroun innove avec une toute autre approche de collectes de données cartographiques qui intègre la participation individuelle et volontaire des personnes dans la transmission des informations.

L’évolution de la population en zone urbaine est une réalité qui se matérialise en grande partie avec une croissance des bidonvilles, mais aussi avec la création de nouveaux quartiers. Cependant, se déplacer d’une zone à une autre devient de plus en plus difficile, non pas qu’il manque les moyens de transport, mais à cause d’un adressage des quartiers qui n’existe vraiment pas. De nombreuses initiatives ont été lancées dans ce sens pour essayer de faciliter le déplacement des usagers, surtout des étrangers en vacances ou pour un voyage d’affaire dans les villes en utilisant la géolocalisation. Celles-ci n’ont pas été à la hauteur des attentes des besoins, plus encore elles n’ont pas tenu compte de certaines spécificités.

Le Cameroun est un pays complexe qui évolue selon ses propres règles et principes qui n’ont certainement rien avoir avec ce qui se passe ailleurs. Vouloir donc transposer une approche qui a bien fonctionné ailleurs au Cameroun est un risque à ne jamais prendre sans toutefois connaitre au préalable ce qui fait sa singularité. C’est pourquoi les anciennes données cartographiques se sont heurtées aux problèmes de redondance d’informations, la pluralité des référentiels à maintenir, la duplication des acquisitions et les modes de diffusion pluriels des données pour ne que les citer. Aujourd’hui la solution semble avoir été trouvée avec GeoCameroun qui vient avec une nouvelle approche. Celle-ci est axée sur la participation volontaire des populations dans la conception d’une cartographie fiable.

Ce projet de cartographie s’appuie donc sur deux éléments, d’abord sur la technologie de cartographie participative OpenStreetMap et sur une réalité sociale bien connue au Cameroun qui est celle de la tontine. Pourquoi parler de tontine dans un domaine de collectes de données ? C’est tout simplement parce qu’au Cameroun la tontine est au cœur des dynamiques sociales. Elle est un levier très performant dans le développement humain et économique. GeoCameroun s’inspire donc de ce modèle participatif afin que chaque individu puisse contribuer non pas en apportant de l’argent, mais des information pertinentes. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle on parle de Geotontine ou encore GeoDjangui. Chaque geodonnée et geoservice recueillies, serviront à la construction d’une base de données géographiques Open Source qui sera dédiée à l’innovation. Ainsi donc, chaque acteur évoluant dans le domaine du numérique pourra avoir accès à n’importe quelle une information de géolocalisation qui répond à ses aspirations.

NB: Vous pouvez en savoir plus sur GeoCameroun en cliquant ici.

Auteur : Charly ngon

Molah ne te fie pas à mon name, je ne suis pas un mbenguiste, je suis du bled comme toi. Les hauts et les bas sont notre quotidien, donc ne fia pas c'est entre nous quoi ... comme au letch

Dans la même catégorie