<< Lorsque nous regardons le nombre de visiteurs de cette édition par rapport à ceux de l’année passé, il y a une grande différence>>, dixit Xavier Wambo

<< Lorsque nous regardons le nombre de visiteurs de cette édition par rapport à ceux de l’année passé, il y a une grande différence>>, dixit Xavier Wambo

Publié le 1 décembre 2019
Par Charly ngon


Malgré un bilan mitigé, la quatrième édition de la Foire Internationale du Livre de Douala se termine avec un sentiment du devoir accompli selon l’avis de son promoteur.

Dernière ligne droite pour la Foire Internationale du livre de Douala. Alors que l’on s’achemine tout doucement vers la clôture de cette grande messe du livre qui a gagné son droit de cité au carrefour Ndokoti, le constat que l’on peut faire depuis le lancement de l’évènement, c’est qu’il y a encore beaucoup de livres qui cherchent  preneurs. Sur chaque rayon, des colonnes de livres qui n’en finissent pas, et elles sont de  toutes les catégories. Pourtant, conscient du pouvoir d’achat des populations, tout a été mis en oeuvre en amont pour permettre aux usagers de se procurer un ouvrage, peu importe le budget qu’ils ont en leur possession. Pour cela, l’organisation a maintenu comme par le passé le montant d’achat d’un livre à partir de cinq cent francs ( 500 FCFA). Une approche qui épouse par ailleurs la vision de la thématique de cette année << A chacun son livre! >>.

Malgré le marasme économique que l’observe, il y a encore les passionnés de littérature au Cameroun. Pour Xavier Wambo, promoteur de la Foire Internationale de Douala, il fait savoir que << Je peux dire que le bilan n’est pas totalement satisfaisant. Mais nous gardons espoir pour l’avenir. Lorsque nous regardons le nombre de visiteurs de cette édition par rapport a ceux de l’année passé, il y a une grande différence. Il est passé de quarante cinq mille à cinquante cinq mille visiteurs. Et à partir de là, on ne peut que se satisfaire de ce que, le public est entrain de retrouver progressivement le goût à la lecture >>. Un succès à mettre aussi en grande partie sur le compte des partenaires internationaux et locaux qui apportent leur soutien à cette initiative dont l’une des principales missions est de promouvoir la littérature au sein des populations, et surtout encourager la pratique de l’achat des livres. Mais à côté de cet optimisme affiché, le president de l’association ASDIC interpelle aussi ses partenaires sur la nécessité de travailler davantage de concert sur le choix des livres. Pour lui, si certains livres peinent à se vendre, c’est en grande partie du fait que, ceux-ci ne correspondent pas toujours aux besoins du public, du coup il devient difficile d’écouler les stocks qui ne font que augmenter.

Bientôt le chapitre de la deuxième édition de la Foire Internationale du livre de Douala se referme. Et sur les quelques jours qui restent avant de mettre définitivement la clé sous le paillasson, le public a encore le temps de pouvoir se procurer les livres exposés sur les differents stands . Il leur suffira tout simplement de se faufiler entre la fabuleuse quantité de livres mis à leur disposition, afin de trouver le livre rare, et pourquoi pas acheter un maximum de bouquins pour en faire une bibliothèque personnelle.

NB: La Foire Internationale du livre de Douala prend fin le 30 novembre 2019 à Ndokoti.

Auteur : Charly ngon

Molah ne te fie pas à mon name, je ne suis pas un mbenguiste, je suis du bled comme toi. Les hauts et les bas sont notre quotidien, donc ne fia pas c'est entre nous quoi ... comme au letch

Dans la même catégorie