Avec « Rebelations 2: 1 », Bah'Ndong sort un premier album varié

Avec « Rebelations 2: 1 », Bah’Ndong sort un premier album varié

Publié le 7 décembre 2018
Par Ngo Mbia

Sorti le 16 novembre dernier, le premier l’album de Bah’Ndong  est un opus versatile. 

La promesse tenue l’an dernier c’est enfin réalisé. L’artiste camerounais Bah’Ndong  vient de mettre sur le marché son tout premier album intitulé « révélations 2 :1 ».  Le chanteur qui avait dévoilé durant toute cette année des singles comme « freedomination » ou « baby  love» montre qu’il ne se cantonne pas à un seul style musical. Au Letch, on l’a découvert en mars dernier avec le titre « Gneh Gneh Gneh » qu’on retrouve d’ailleurs dans la tracklist de son premier album.

En parlant d’album, penchons nous sur ce dernier. On commence par le titre « révélations 2 :1 » qui  fait référence à la bible car pour obtenir  le chiffre 21 on fait 7×3, sachant que 7 est un nombre mystique, représentant les 7 jours de la semaine, et 3 , chiffre qui représente  la sainte trinité mais aussi les 3 phases de la vie. On retrouve le chiffre 21 au niveau du nombre de chansons issues de l’album d’où la symbolique de cet album qui navigue dans l’univers particulier de l’artiste. Niveau sonorités, on passe sans pression de l’afro-beats , au hip hop hardcore , au rock jusqu’au RnB. Il a de tout pour séduire les mélomanes, les titres pour faire chavirer sa compagne comme « baby love », « na ma baby ». Des titres festifs comme « kiss n play », « show dem », « ei go pay » côtoient aussi des chansons consciencieuses à l’instar de « maturity » ou « needy ».

La disposition des titres est comme un voyage qui commence en première classe avec l’amour, en seconde classe, la fête et ses excès, quant à la dernière classe, elle fait référence à l’âge de maturité. Cet album est une dédicace à sa mater  dont il salue le soutien et l’amour, depuis sa tendre enfance. En témoigne la chanson « mama j » qui est un hommage à cette dernière. Le protégé du label BCG MELODY qui fait son chemin dans le paysage urbain camerounais provoque le mélange de deux styles musicaux connus. Au delà du rap, il chante en divers langues telles que : le français , l’anglais et pidgin , ce qui lui permet d’avoir un plus grand écho pour sa musique.

 

Ecoutez l’album

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES