Auletch est au Village : Welcome To Cameroon - EPISODE 3 - Auletch

Auletch est au Village : Welcome To Cameroon – EPISODE 3

Publié le 2 janvier 2014
Par dartnaud


piolbig

Auletch est au Village : Welcome To Cameroon – EPISODE 3

 

Famille ooohhh, désolé de vous avoir privé du 3eme épisode de votre mini-feuilleton du passage d’auletch au Cameroun. Vous-même vous savez que c’est la fin d’année et que les enjoy peuvent tcha* la tête de quelqu’un dans le dehors ci. Mais sauf que ma part c’était soit la coupure d’électricité, soit le débit d’internet qui était bas. Bienvenue dans mon cher et beau pays qu’est le Cameroun.

L’épisode 3 de notre périple va nous amener sur les terres de l’Ouest Cameroun, chez les bam’s oui oui ! Nous voilà donc à Manguier au Carrefour Sorcier pour prendre une agence de voyage bien connue qui fait la ligne Yaoundé-Bafoussam. Un gros porteur comme on les appelle ici est entrain de charger (les passagers embarquent). Je paye mon billet … non je réserve ma place dans le bus ensuite je vais payer mon billet. Oui oui, c’est le pays, les chaises ne sont pas numérotées, chacun doit se battre pour avoir sa place. Je vous laisse donc imaginer tout le désordre qu’il pouvait y avoir dans le bus avant le départ. 13h 40 le chauffeur klaxonne, le bus est près à partir, nous voilà donc sur la route de Bafoussam. Même pas 200 mètres plus loin, le chauffeur s’arrête pian ! Le motoboy comot* des tabourets de je ne sais où, et les installe sur le couloir. L’heure du ramassage a sonné, il est tant de porter des passagers clandestins et ça n’a l’air de ne gêner personne. Bienvenue au Cameroun, le pays où la surcharge dans les transports est de rigueur.

Trois à quatre kilomètres plus loin, contrôle de la prévention routière, le motoboy invite ses passagers clandestins à baisser la tête pour ne pas être vu. Une fois de plus ca n’a l’air de ne gêner personne. Ni même les contrôleurs qui font tous les efforts pour ne pas monter dans le bus afin de vérifier que les règles de sécurité sont respectées ou pas. Les camerouniaiseries sont en marche, pardon mieux je ne parle pas trop, on peut fermer le site ci, mdrrrr.

Le premier péage routier traversé, je vois un môt (homme) qui se lève lui tranquillement et dit : « Bonjour chers passagers et bienvenue à bord de ce bus, je suis le docteur … » hein c’est là alors que j’ai confirmé que le dehors ce n’est pas le lait, le mbom là nous a entretenu de Yaoundé à Bafoussam, sans prendre de pause. C’est la médecine que vous voulez voir ? Le gars là en 4 heures de temps a soigné les maux de dents, les chlamydias, le diabète, le mal d’estomac, les problèmes de peau, la malaria, la grippe, l’éjaculation précoce, la perte d’appétit sexuel … je sens que si on ajoutait une heure de voyage, le mbom là allait soigner le SIDA. Welcome to Cameroun, le pays où l’on s’improvise pharmacien et médecin en 4h de temps et ça ne dérange personne.

Heureusement durant le voyage, le beau paysage naturel du Cameroun a suffit à ragaillardir une sorte de fierté Africaine, loin de la pollution ambiante des grandes métropoles mondiales. La forêt, les arbres, les montagnes, les villageois qui s’arrêtent lorsque le bus fait une pause pour nous vendre les vivres locaux. Sans oublier les slogans de vente : « mais chaud, mais chaud », « arachides grillés, arachides grillés », « kongo meat, kongo meat », « baton, baton » ! Oh la la ces petites choses qui font la particularité et la beauté de ce pays. Welcome to Cameroun.

Nous voilà donc à Bafoussam chef lieu de cette région folklorique, cette région avec ses villages dont les chefferies ont des allures de royaume égyptiens, cette région dont les terres rouges sont chaleureusement entretenues par leurs enfants, l’agriculture y est en plein essor et ancrée dans les meurs dès le bas âge. Cette région où l’art sculpturale est digne des plus grandes fresques mondiales. Mais aussi, Bafoussam cette ville qui dort à 19h, on dirait qu’on a instauré un couvre feu la bas ! A 20h alors si tu vois même une mouche c’est que tu es fort. Le problème à l’insécurité ambiante, les gens ont peur de sortir la nuit. C’est aussi ça le Cameroun.

Quelques jours passés à faire du tourisme culturel, nous revoilà dans le bus mais cette fois ci pour Douala. Hein Bafoussam-Douala, hein hummm Bafoussam-Douala. Je vais vous résume ce voyage en deux phrases :

Bafoussam-Bonaberi (plus de 300km) : 4 heures de voyage.
Bonaberi -Tonnerre (moins de 30km) : 4 heures de voyage.

C’est l’embouteillage que vous voulez voir ? Ce qu’on a enterré à Bonaberi là eiin… Dieu seul sait. Anyway me revoilà à Douala la ville des ambiances, la ville qui bouge, la ville de l’entertainment camerounais. Au programme du prochain épisode, auletch au cœur du Douala HipHop Festival, l’un des évènements majeurs de la culture urbaine au Cameroun.

En attendant Soyez les bienvenues au Cameroun.

Dans la même catégorie