Auletch est au Village : Welcome To Cameroon - EPISODE 2 - Auletch

Auletch est au Village : Welcome To Cameroon – EPISODE 2

Publié le 15 décembre 2013
Par dartnaud


statbig

Auletch est au village: welcome to Cameroon (episode 2)

Comme vous le savez peut-être tous, Auletch a décidé de passer le mois de décembre au payyyys ! Et chaque semaine donc nous vous ferons part de son séjour au pays des crevettes, des missolès, du kassala, du plantain prune, du kilichi et j’en passe. Nous voici donc à la semaine N°2.

Bon on commence par le meilleur plan tchop de la semaine : « le dakere ». Toute une industrie. Texaco école de police à Yaoundé, « the place to be » pour manger un bon plat de mélange bizarre mais très bon.  Riz sénégalais (tcheb), spaghettis, pomme, plantain, rognon, beefsteak, poulet, foie, et le dakere à proprement parlé (yaourt au mil), voilà l’ensemble des choses qu’il y a à vendre. Chacun y va de son inspiration pour composer son plat. Anyway, le concept est super convivial (à la camerounaise). Les petits plans gastronomiques du quartier comme ça, si je commence à vous détailler on peut rester ici même 3 jours : le soya oohh, le beignet haricot ooh, la cafétéria oooh,  le chawarma ooh … Anyway, Welcome to Cameroon.

Mercredi chap chap le matin me voilà dans le car pour Douala, la ville portuaire, le futur Lagos du Cameroun, la ville qui vit à 100 à l’heure, la ville des affaires, mais malheureusement la ville où l’inondation peut tuer quelqu’un, la ville où la chaleur est étouffante, la ville où les moto-clando (ben-skin) ont des parapluies et des para soleils, bref … Douala la belle.

Mercredi soir Jean-Pierre Boep, initiateur du concept #MaPauseDigitale organisait une soirée, où il nous entretenait sur le thème du Community Management. Apéro assez intéressant surtout dans un contexte camerounais où les entreprises ont du mal à faire confiance aux différents avantages que peuvent apporter les médias sociaux à leur communication. Des initiatives comme celle-là sont à encourager et à développer. En tous cas l’année 2014 promet avec les rendez-vous de #MaPauseDigitale.

En bon camerounais qui se respecte, on a terminé la soirée dans un « pourri bar » de Bali. Quand on vous dit pourri bar comme ça ein, c’est vraiment pourri. On était sat en route, les voitures nous esquivaient même. Mais l’ambiance des commentaires qu’il y a la bas eiin, aie mama sarah même au stade omnisport en plein Cameroun-Tunisie, il n y a pas le genre là. « La bière est au prix » et les commentaires sont de qualité. C’est  « the place to be » des acteurs et « influenceurs » de la culture urbaine à Douala. Que de belles rencontres et beaucoup de potentialités pour rehausser la culture urbaine camerounaise. On y reviendra dans un article dédié spécialement à l’année du hip hop au Cameroun.

Jeudi, sans doute la meilleure journée de toutes, Auletch a été invité par le célèbre Brice Albin, animateur à Nostalgie FM dans son émission « Générations 2.0 ». Auletch était à l’honneur pour présenter son web magazine. Maaaama c’est la pression que tu voulais voir? Quand tu sais que tu vas joss à des centaines de milliers d’auditeur et que l’émission est en direct, là tu te dis que tu n’as pas droit à l’erreur. Les premiers mots avaient du mal à sortir à l’antenne, mais par la suite je me suis dit « mais dartnaud, n’est-ce pas c’est de ton way que tu veux speak ? Comment ça te pach encore ? » C’est là alors que j’ai acheté le problème de l’interview là. Comme on dit au quartier : « j’ai parlé la radio » comme pour dire que j’ai beaucoup parlé.

Une fois l’interview terminé direction l’IFC où Mr Sto artiste raggaeman Camerouno-algérien nous a offert un mini-concert. Mais alors … quelle ambiance dans la salle et sur scène. On peut clairement dire que Mr STO nous a mis bien ce soir là. Anyway, il fera partie de la mixtape MboaTape2 qui sortira cette semaine. Je vous invite donc à la télécharger dès qu’elle sera en ligne.

Après le concert, nous sommes allés dans un bar hiphop de la place, les « secteur Art ». Pour la first fois j’écoutais du rap camerounais dans un bar, bien sur un rap autre que « hein père ». C’est vous dire que le camerounais est aussi un consommateur local, mais un consommateur exigent. Alors si vous lui donnez de la bonne qualité, il écoutera et il dansera sur de la bonne qualité. Clin d’œil à SPIDO et Mr Sto, qui font danser sur les dancefloor kmer à Douala.

Je ne pourrais pas terminer sans passer nos encouragements au petit collectif qui œuvre d’arrache-pied pour organiser le « Douala Hip-hop festival » qui se tiendra le 26, 27, 28 décembre à Douala. Nous y reviendrons dans les moindres détails dans un prochain article.

S’il y a une seule chose à retenir de ce séjour à Douala. C’est que « Douala fine so téééééééééééééé » 

Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle aventure au Cameroun. Ca promet !

 

***

Dans la même catégorie