Au Cameroun, Bee Sarl veut moderniser l’activité de motos taxis

Au Cameroun, Bee Sarl veut moderniser l’activité de motos taxis

Publié le 26 août 2019
Par Charly ngon


Grâce au digital, Bee Sarl est entrain de forger une nouvelle image de l’activité de moto taxi au Cameroun. La start up camerounaise propose au public un service de motos taxis à la demande.

Source: Bee Sarl

Pour une course d’un point à un autre, qu’elle soit rapide ou pas, le premier réflexe des usagers est bien souvent de faire appel à des motos taxis. Une préférence qui a fait de la moto, l’un des moyens de transport en commun le plus utilisé au Cameroun. Aujourd’hui, il n’y a qu’à voir le nombre de personnes qui empruntent ces engins à deux roues au quotidien, pour se rendre compte de leur importance.

Le nouveau visage de l’activité de motos taxi

Avec le boom que connait les motos au Cameroun, l’usage de ces engins s’est vite transformé en une activité génératrice de revenus communément appelée benskin, donc les acteurs sont connus sous le vocable de benskineurs. Malheureusement, ces nouveaux acteurs du transport en commun  brillent par une renommée qui n’est pas toujours en leur faveur, ce qui a vite fait de jeter le discrédit sur eux. A tort ou à raison, il reste tout de même que chaque personne aura toujours une anecdote à raconter sur les motos taxis, mais aussi une opinion à donner. Conduite dangereuse, non respect des règles de sécurité et bien d’autres griefs qui leur sont reprochés. Mais, depuis un moment, l’activité est entrain de vivre une révolution grâce à la start up camerounaise Bee, qui propose au public une nouvelle expérience dans les déplacements avec les motos taxis.

Source: Bee Sarl

 

 

Partis d’un constat selon lequel, pour rendre l’activité de moto taxi plus attractive et compétitive, Patrick Timani (Chef Excutive Officer) et Credo Ngoukeng (Chef Technical Officer), deux jeunes entrepreneurs camerounais ont pensé à un service de moto taxi à la demande qui intègre non seulement les nouvelles technologies, mais qui respecte aussi le profil de ce quoi doit être un chauffeur de moto taxi moderne. « Ce nouveau service de l’entreprise BEE Sarl naît d’un constat clair: le métier de MotoMan est clochardisé et mal perçu par la société. Grâce à une technologie de pointe et une équipe professionnelle, le service vient apporter des solutions aux problèmes rencontrés par les camerounais dans leur déplacement au quotidien: Sécurité, Confort, Rapidité, Hygiène. A l’aide d’un Smartphone (via l’application ou le call-center), une personne a la possibilité de commander un chauffeur BeeMotoTaxi » affirme le chargé du marketing digital de la start up.

 

La réaction des autres autres motos taxi…

Un tel changement dans un secteur réputé difficile à contrôler n’est pas passé inaperçu, surtout auprès des premiers concernés qui sont les chauffeurs de moto. D’ailleurs, depuis que Bee Mota taxi a lancé ses activités, certains motos taxi ont manifesté leur intérêt au projet en rejoignant la plateforme, d’autres suivront certainement le pas, même si il y a encore un peu de méfiance, parce que réussir à convaincre un benskineur n’est pas toujours une mince affaire. « Ils sont assez surpris et enthousiasmés par l’innovation que nous apportons dans leur secteur d’activité. Abo, un de nos premiers chauffeurs, était très sceptique au début quand notre commercial l’a approché. Au fil des jours il s’est rendu compte des avantages de notre service: il ne roule plus à vide, sa sécurité est optimale. Actuellement beaucoup de chauffeurs souhaitent être des nôtres (en moyenne 60 demandes par semaine). Nous tenons par ailleurs à remercier nos chauffeurs actuels qui nous recommande fortement à leurs collègues » comme nous le confie une fois de plus Hervé Fabien Mabom, le chargé de la communication. Pour être recruté comme chauffeur de moto à Bee Sarl, les candidats doivent avoir un permis A et un smartphone.

 

Source: Bee Sarl

 

…Et celle des usagers

Les usagers qui font recours aux chauffeurs de motos de la start up Bee, sont plutôt très satisfaits du service. Hervé Fabien Mabom est plutôt très optimiste dans ses propos, « Les réactions sont plutôt positives et encourageantes. A titre d’exemple, une dame venant de Yaoundé a commandé une course via notre application et son arrivée était prévue pour 23h. Un de nos chauffeurs est allé la cherché à l’agence. La dame était surprise et satisfaite. Au fil des jours nous améliorons la qualité et l’efficacité de notre service grâce au retour d’expérience de nos passagers ». La start up a mis sur pied une application mobile à partir de laquelle, tout client à la possibilité de savoir à quelle distance se trouve le chauffeur de moto le plus proche qui est dans le réseau Bee, et faire appel à lui à tout moment. A parti de cette application les clients peuvent aussi noter les chauffeurs sur la qualité de leur prestations. Ponctualité et rigueur étant les maîtres mots de Bee Moto service, le client peut faire ses courses en toute tranquillité sans risque de devoir partager la moto avec une tierce personne en dehors du chauffeur.

 

Source: Bee Sarl

Un avenir plutôt prometteur pour Bee

Quant à ce qui concerne la rémunération des chauffeurs de moto taxi, celle-ci est fixée au pourcentage de leur rendement. Plus il y a des courses, plus les revenus des chauffeurs sont consistants. Pour cela, c’est la start up qui attribue à chaque chauffeur un client, après avoir négocié le prix de la course au préalable. Les chauffeurs de moto qui travaillent dans le réseau Bee sont identifiables à partir des tenues de couleurs jaunes mis à leur disposition par la start up. Des casques pour chaque conducteur, ainsi que pour le passager. La start up Bee ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, pour l’instant le service est uniquement disponible à Douala, mais dans les semaines avenirs, il va se déployer à Yaoundé la capitale du Cameroun. Puis d’autres villes suivront aussi en fonction de la demande. Adieu au bachement sur les motos. Bee Sarl vous transporte confortablement.




 

 

 

Dans la même catégorie