Alain Christian Mpako dénonce les dangers de l’alcoolisme dans « Ivresse »

Alain Christian Mpako dénonce les dangers de l’alcoolisme dans « Ivresse »

Publié le 17 décembre 2018
Par Charly ngon

L’écrivain explore les ravages de l’alcoolisme dans la société avec l’adaptation musicale du poème « Ivresse ».

Capture d’écran youtube/ Adaptation musicale du poème « Ivresse »

C’est une première  dans l’univers littéraire au Cameroun, de voir un ouvrage qui fait pratiquement l’objet d’une oeuvre musicale. Depuis la sortie de son premier recueil de poèmes intitulé «  MoN’oZ », Alain Christian Mpako s’est lancé dans une série d’adaptations musicales de certains poèmes tirés de son livre. Pour ceux qui L’ont déjà lu, ils ont surement été émerveillés par les trois  premières adaptations  des poèmes « deuxième vie », «Le rapport » et « Mort-né ». Aujourd’hui, il nous présente « Ivresse ».

Le poème « Ivresse » tiré de son ouvrage «  MoN’oZ », est un cri de détresse pour dénoncer les ravages de l’alcoolisme non seulement dans un couple, mais aussi dans la vie de tout individu. Assurant lui-même la mise en scène,  Alain Christian Mpako a sollicité dans le jeu d’acteur la participation de Roger Brice Sobgo qui campe le rôle du mari attentionné, qui à cause de son addiction à l’alcool, entraîne sa famille dans la misère. Dans le rôle de l’épouse, la ravissante Nsang Dilong, victime collatérale des maltraitances de son mari, doit subir, malgré elle, les Bastonnades, le viol, les querelles, les odeurs nauséabondes, et tout un tas de choses mauvaises.

A Lire Egalement ==>> Roger Brice Sobgo à l’affiche de la série panafricaine « Yaoundé »

Un single fort évocateur. Pour Alain Christian  Mpako, « Ivresse est un peu mon enfance, ma mémoire silencieuse et douloureuse. C’est un poème que j’ai écrit en revêtant chaque mot de souvenirs d’antan». Une manière pour le poète d’essayer de guérir  les blessures béantes  qui lui ont été infligées par les conséquences de l’alcoolisme. On comprend finalement à souhait pourquoi le prolongement de ses poèmes, du livre vers les adaptations musicales répondent à un besoin de restitution des expériences personnelles. Et comme il l’aime bien souvent le dire, «  MoN’oZ , c’est un peu de moi, beaucoup de vous».

On look le way !




 

 

 

 

 

 

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES