Aïssa Doumara Ngatansou sur les traces de Simone Veil

Aïssa Doumara Ngatansou sur les traces de Simone Veil

Publié le 11 mars 2019
Par Charly ngon

La camerounaise a reçu des mains du président français le premier prix Simone Veil pour son combat contre les violences faites aux femmes.

Source: France 24

Aïssa Doumara Ngatansou est entrée dans l’histoire le 8 mars 2019. Cette camerounaise âgée de quarante-six ans a reçu lors de la célébration de quarante deuxième Journée internationale de la Femmes le tout premier prix Simone Veil. Un prix destiné a honoré les femmes engagées dans les causes féminines. Ce prix lui été remis par le président Emmanuel Macron en guise de reconnaissance pour le combat qu’elle mène au sein de son association pour apporter du soutien aux femmes victimes d’agressions.

Le prix a été initié en 2017 par le président français en hommage à l’ancienne ministre décédée Simone Veil pour son combat pour le respect des droits des femmes et surtout pour son impact dans l’adoption de la loi de 1975 sur la légalisation de l’IVG en France. Un combat que l’État Français a voulu pérenniser en récompensant à travers le monde les initiatives des femmes qui se démarquent dans la défense des droits des autres femmes.

Aïssa Doumara Ngatansou, mère de trois enfants, victime aussi de mariage forcé devient ainsi la première lauréate, mais surtout la première femme africaine a remporté ce prix Simone Vieil dont la valeur est estimée à 100000 € soit 65 millions de FCFA. Un montant qui va permettre à l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (AVLF) dont elle est la fondatrice une prise en charge des femmes victimes de violences, de mariages forcés et celles qui sont les rescapés de Boko Haram dans la région du Nord au Cameroun.




 

 

Dans la même catégorie