A la Rencontre de Loïc Nkono, le conducteur de la série littéraire Ndemdutakesh - Auletch

A la Rencontre de Loïc Nkono, le conducteur de la série littéraire Ndemdutakesh

Loic Nkono by Guy Kouekam

Loic Nkono by Guy Kouekam

 

C’est sur Facebook que Loïc Nkono partage les ndems que les letchois (es) vivent dans les takesh au quotidien. Depuis 2013, le jeune concepteur/rédacteur est l’auteur d’une série littéraire intitulée ‘Ndemdutakesh’, qui raconte les ndems des taximen et des clients dans les taxis. Avec une communauté de plus de 33000 fans, et, une adaptation sur le petit écran qui arrive, nous sommes allés titiller Loic Nkono et ses fameux écouteurs. Que ce soit du côté taximen ou passager, chacun a son ndem. Attachez vos ceintures ! Entretien…

  • Hello Loïc. On dit quoi ? Peux-tu te présenter aux letchois (es) ?

Je suis Loïc Nkono, deuxième d’une famille de 5 enfants. Je suis digital manager/concepteur rédacteur dans une agence de communication. J’ai deux enfants et je suis fiancé à la plus meilleure femme du monde J

 

  • Ndemdutakesh ! Mollah, d’où t’es venu cette idée de relayer sur la toile les conversations et attitudes dans les taxis ?

Au début c’était juste un délire que je partageais sur mon compte FB. Je le faisais parce que ça me détendait, et le fait que les autres aiment n’était qu’un bonus. Un an plus tard, j’ai cédé sous la pression de mes amis et collègues.

 

  • Tu n’exagères pas souvent un peu sur les bords ?

(Rires) La fiction c’est ce qui permet d’ajouter du piquant à la narration, donc, comme je dis souvent, c’est « Ndemdutakesh 70% de vérités et 30% d’effets spéciaux ».

 

  • On a entendu dire qu’une adaptation cinématographique de Ndemdutakesh est en préparation ? Peux-tu nous en dire plus ?

Cinématographique est un bien grand mot hein…disons une adaptation télé. Nous avons bouclé le tournage des épisodes pilotes et ils sont actuellement entre les mains des deux meilleures productrices du monde, Johane Fankou et Manuela Mboe J J J.

 

  • Donne-nous les noms du casting massah ! On veut tout savoir…

Mon frère, tu vas sauf que wait comme les autres, (Sourires).

 

  • On ressent que les lecteurs te le rendent bien en commentaires. Qu’est –ce que ça te fait te lire toutes ses réactions ?

 D’abord, ça me fait très plaisir, j’ai des inconditionnels qui ont grandi avec la page et moi, ils n’ont jamais manqué une histoire et certains ont même converti leurs collègues de bureau ou leur patron. Ensuite, j’apprends aussi beaucoup. Les fans ont parfois l’honnêteté de me dire que « gars, ton histoire-ci ne fais pas lap… » Et là je relis pour essayer de comprendre ce qui n’a pas donné, et ensuite j’en écris une meilleure. Enfin, les commentaires me font toujours franchement rigoler, parce que certains fans de la page sont aussi habités que moi, voire même plus.

 

  • On retrouve des traits de ton flow de rappeur et ton style blagueur dans tes textes liés au Takesh. Est-ce à dire que ton style musical déteint sur ta façon d’écrire ?

 Honnêtement, je ne saurais te dire, je sais que je suis plutôt doué pour raconter des histoires, que ce soit en musique ou en texte, peut-être que le rapport en fait, c’est la chance que Dieu m’a donné d’avoir ce talent.

 

  • Et le Rap dans tout ça ? Où en est ta carrière musicale aujourd’hui ?

Carrière musicale…eh bien, en fait, je rappe, parce que j’aime ça. Écrire des textes, tester les flows, faire kiffer les gens, j’adore. Pour l’instant je continue d’écrire et d’enregistrer et , qui sait ? Je serais peut-être encore au Douala Hip Hop Festival cette année avec des new new titres 😉 .

 

Loïc Nkono sur la scène du Douala Hip Hop Festival en décembre 2015

Loïc Nkono sur la scène du Douala Hip Hop Festival en décembre 2015

 

  • Rappeur, Concepteur, et bientôt à la télé. Ça fait beaucoup quand-même. Quel est ton parcours ?

Eh bien, j’ai fait 7 établissements de la 6e à la terminale (sans commentaires), puis j’ai fait des études en droit publique, puis en publicité. Bref, j’ai fait toutes ces choses entre autres ou comme dit mon collègue « les uns dans les autres ».

 

  • Avant de se séparer, dis-nous, les taximen n’ont pas encore fait ta fête avec toutes tes histoires ?

 (Rires) Bizarrement, non.

 

  • Merci Loïc pour ton temps. Un dernier message aux letchois (es)

Merci auletch pour cette interview. Merci à tous pour le soutien que vous m’apportez et la force que vous me donnez. N’oubliez pas, le savoir est une arme et la culture est votre caisse de munitions, cultivez-vous, allez à l’école, ne braquez pas et mettez les préso. Peace.

 

Retrouvez les aventures de Loïc Nkono sur la page Ndemdutakesh

Mollah, moi je suis Africain hein ! Camerounais et fier de l’être. Team: Vert-Rouge-Jaune ô Bosso. Internet ma muse, je n’oublie pas pour autant le ndolè et les missolè de mes ancêtres. Bref, je suis un gars comme vous : Un gars « connecté ». Hein ! Mollah

Tags:

Article de la même catégorie

Soutenez « HIGOMA », les tambours parlants à Bluetooth Made In Cameroon

10 choses à savoir sur la 1ere édition de ‘CREATIV’ du 7 octobre au 10 décembre 2016

Prenez la parole en public avec Jesse Carlton Part 4

Prenez la parole en public avec Jesse Carlton Part 3

Prenez la parole en public avec Jesse Carlton Part 2

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

© Auletch 2017

258 Partages
Partagez256
Tweetez2

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?