A l'occasion de la journée mondiale du blog, les acteurs camerounais s'expriment...

A l’occasion de la journée mondiale du blog, les acteurs camerounais s’expriment…

Today sur auletch, on partage avec vous l’histoire de la journée consacrée aux blogueurs et on fait parler ces adeptes de l’écriture.

Tout débute en 1993, lorsque Tim Berners Lee créé le premier site internet de l’histoire. Il devient d’ailleurs sans le savoir le premier blogueur. Le mot Blog est issu du mélange entre Web et Log c’est à dire un carnet de bord sur le net. Baptisé « Blog » de part la contraction des mots « web » et « log » (journal), le mot blog provient du  verbe « bloguer ». Ce moyen d’expression a donné naissance à tout un vocabulaire. Plusieurs mots comme le verbe « bloguer » ou les noms de « blogueur / blogueuse » sont entrés dans le langage courant. On parle même de blogosphère pour désigner le vaste univers des blogs…

Un blog est un site internet personnel accessible à tous les internautes, que le créateur décore, anime et gère à sa façon et selon ses goûts tandis que les autres internautes  s’en servent pour donner leur avis sur l’actualité ou partager leurs passions, d’autres racontent leur vie, leurs expériences tout en faisant du blog un vrai journal intime interactif. Il n’en fallait pas plus pour que soit créée une journée mondiale du blog, fixée à la date du 31 août. Cette journée est l’occasion d’explorer la blogosphère et de rappeler que la liberté d’expression n’est pas encore une réalité pour tous les blogueurs dans le monde. L’initiative vient de Nir Ofir, blogueur israélien qui a lancé  la première édition en 2005.

Au Cameroun…

Le Cameroun a connu ses premiers blogueurs en 2006. Il y avait plusieurs plateformes qui ont vu le jour cette année là. Mais la plupart des personnes qui les administraient étaient des journalistes de la presse écrite, qui y reprenaient juste leurs articles parus dans les journaux pour lesquels ils travaillaient. Les choses ont évolué entre temps, le vrai blogging, celui qui consiste a raconté son quotidien avec ses mots et ses ressentis a vu le jour. Aujourd’hui, le blogging tend à se professionnaliser au Cameroun et est sur une bonne voie. Les blogueurs du Cameroun et d’ailleurs raconteront leur vie, leurs expériences et l’enrichissement que cette activité leur a procuré. Suivez ces histoires inspirantes ou racontez la vôtre sur les hashtags #IBlog#MoiBlogueuse et #MoiBlogueur!

 

Ouvrons le bal comme la tradition le veut avec une dame. Elle s’appelle Carole Leuwé.

Carole Leuwé

Que représente le 31 août pour vous ?

C’est une journée pour valoriser le travail des blogueurs et surtout évaluer le chemin parcouru et trouver des solutions/astuces ensemble pour une meilleure compréhension du blogging, même si au quotidien ces derniers se battent pour ça. Au Cameroun, l’Association des Blogueurs de Cameroun #ABC fait un travail remarquable dans ce sens. D’ailleurs, je tiens à féliciter le bureau en place pour son dévouement. Cette association, se bat à faire valoir le blogging à travers une bonne visibilité médiatique (émissions radio) mais aussi en signant des partenariats gagnants-gagnants pour l’éclosion du blogging en passant par des formations et ateliers. Pour moi c’est une belle avancée de la reconnaissance de cette passion qui devient un réel métier pour plusieurs.

Comment célébrez vous cela ?

Moi particulièrement, le blogging je le fais au quotidien, par contre ce serait bien de rencontrer des blogueurs d’autres pays pour échanger sur leur vision ce jour-là. A Douala, il y aura un afterwork des blogueurs. Sinon, une campagne #MoiBlogueur a été lancée par Atome avec l’appui de l’ABC afin de marquer les esprits en vue de cette célébration.

Difficultés et succès dans le blogging au Cameroun


Comme tout secteur, il y a du bon et du moins bon. Je ne lis pas tout le monde, mais il y a des blogueurs qui se distinguent par la pertinence de leurs écrits, la profondeur des recherches, et certains qui se plaisent juste à vraiment partager leurs passions.
Les difficultés sont plus liées à l’accès à certaines sources pour les blogs spécialisés. On peut également parler de la constance des billets (ceci est un peu mon cas, j’écris de moins en moins sur mon blog et plus sur les RS (rires).  Quand on parle de succès au Cameroun, le nom qui tonne fort c’est celui d’Enstine Muki ! Allez taper son nom ! A côté il y en a d’autres, certes ils ne touchent pas aussi grand que lui, mais ils se démarquent dans leurs travaux et arrivent à vivre du blogging. C’est plus les blogueurs spécialisés qui ont des chances de se faire un nom redoutable! Choisir sa niche est important.

Des blogs à suivre selon vous ?

Je vais en rajouter deux si vous le permettez !
http://t.co/Ubw0ODIdpa
https://lemobileaukamer.com/
http://frankwilliambatchou.com/
https://www.ndengue.com/
https://biocamer.news/
https://portfolio.lotincorp.biz/blog/
https://jentreprendsdoncjesuis.com/

 




Pour la suite, nous avons un doyen du blogging Frank William Batchou.

Frank William Batchou

Que représente le 31 août pour vous ?

Le 31 août est spécial pour moi tout comme bon nombre de blogueurs parce qu’on célèbre la journée internationale du blog initiée en 2005 par le blogueur israélien Nir Ofir. Une belle journée comme les autres journées internationales pour non pas festoyer mais pour davantage réfléchir sur l’avenir du blog et trouver les solutions aux difficultés que les blogueurs, anciens comme nouveaux, peuvent rencontrer dans l’exercice quotidien de ce qu’ils ont choisi comme métier. Personnellement, je vois une progression remarquable au Cameroun depuis que les blogueurs camerounais ont rejoint la communauté mondiale des blogueurs pour célébrer cette journée.

Comment célébrez vous cela ?

Surtout pas dans les réjouissances (rire). Simplement en faisant une introspection des actions menées soit sur les 12 derniers mois et évaluer aussi mon parcours. Surtout que ça fait 10 ans aujourd’hui que je blogue (27 août 2008 – 27 août 2018, Ndlr). Même si je ne suis plus trop actif, je demeure dans le milieu en apportant mes idées aux projets et/ou aux actions en cours. Les années précédentes, avec les membres de l’association des blogueurs du Cameroun, on a initié des billets collectifs sur notre travail quotidien et les difficultés. Cette année, le but est d’associer tout le monde dans la campagne #MoiBlogueur #MoiBlogueuse portée par Atome car, chacun de nous a une fibre de blogueur qui sommeille en lui. Il faut juste l’activer et dans le bon sens.

Difficultés et succès dans le secteur.

Difficultés, je ne dirais pas plutôt apprentissage. Car, même si j’ai connu beaucoup de rejets à mes débuts, j’ai tiré beaucoup de leçons dans le fonctionnement de la société. Ce qui nous (avec les autres blogueurs de ma génération) pousse à mener un combat intense pour faire reconnaître et accepter le blogging au Cameroun en occurrence par les pouvoirs publics. Après, la génération d’après perpétue aussi bien ce challenge. Pour le succès, j’ai vu les textes tirés de mon blog figurés dans les livres au programme scolaire [6e des trois dernières années], dans des livres de recherches [exemple du livre (Re) Découvrir Yaoundé du Pr. Jean Emmanuel Pondi], mes textes ont permis de convoquer des réunions extraordinaires pour revoir le système de fonctionnement dans certaines entreprises donc je préfère ne pas citer à leur demande. Le blogging m’a ouvert beaucoup de portes d’entreprise (pour emploi), d’événements (comme ma sélection comme membre du jury dans un festival de mode en Martinique en 2012), des voyages, une partie de mes études, etc. Je suis heureux d’avoir pratiquer ce métier. Et je profite juste pour dire à mes cadets dans le métier de simplement bosser dur avec passion et le reste suivra.

Des blogs à suivre selon vous.

Il y en a plusieurs mais bon, je peux citer : Le varan du kwat (levrak.com) que j’aime bien lire même si depuis avril il a un peu freiné, le blog d’Etienne Talla (tallartistik.wordpress.com), jentreprendsdoncjesuis.com de Rovanol kengne, socialmedia.cm de Marc Ghislain que j’ai découvert il y a quelques jours, et le labo de Félix. Je n’oublie pas ceux qui écrivent en culture.

 

Une autre blogueuse s’exprime et elle c’est Minette Lontsie.

Minette Lontsie

Que représente le 31 août pour vous ?

Le 31 août pour nos les blogueurs marque la journée mondiale du blog. Même si c’est loin encore de susciter le même engouement que suscitent les autres journées mondiales professionnelles, ça reste pour moi un symbole fort de reconnaissance de la place du blogging dans la société et une occasion pour les amateurs ou les professionnels du blogging de prendre une minute pour réfléchir à leur métier/passion ou alors simplement se retrouver entre collègues.

Comment célébrez-vous cela ?

En fait je ne l’ai jamais célébré. Avant cette année, je n’avais même jamais vraiment fait un point d’arrêt sur la journée internationale du blogging. Je ne me rappelle pas non plus qu’il y ait jamais eu d’initiative de la communauté des blogueurs pour marquer l’occasion. Mais cette année particulièrement, les choses sont assez différentes. Déjà, plusieurs jours avant cette journée, on a eu l’initiative « Moi Blogueur » initié par le bloggeur Atome et l’association des Blogueurs du CameroUn, à travers lequel plusieurs créateurs de contenus en ligne ont pu partager leur passion pour l’écriture et le blogging. Le 31 août 2018, sera définitivement différent éditions précédentes et cela est dû entre autres au fait que le secteur est en plein développement depuis les deux dernières années. Les blogueurs camerounais sont aujourd’hui plus dynamique et mieux organisés.

Difficultés et succès dans le blogging au Cameroun ? 

La principale difficulté pour ma part reste la perception d’une partie de l’opinion publique sur le blogging. Le blogging est très souvent perçu pour ce qu’il n’est pas, avec une tendance à tout généraliser. Pourtant chaque blogueur a son couloir, sa ligne éditoriale, sa mission, et son style. Le premier succès c’est le nombre croissant de jeunes qui se lancent dans le blogging et le fait que beaucoup arrivent aujourd’hui à générer des revenus à partir de cela. Un autre grand succès c’est la mise sur pied de l’association des blogueurs du Camerounais et sa légalisation. Ce qui marque un grand pas pour la professionnalisation du métier.

Des Blogs à suivre selon vous ? 

En plus des nombreux blogs de musique que je suis de près, et les blogs têtes d’affiches qu’on ne présente plus comme Voilà-moi, Cameron CEO, le blog d’Arthur Himins (http://arthurhimins.com/ ) ou encore la Plume de l’aigle (http://www.ndengue.com/ ).
Les blogs que je recommanderai de suivre son t:
Le blog des camerounaiseries : achouka.mondoblog.org de Ecclésiaste Deudjui
Le petit écolier : lepetitecolier.mondoblog.org de Fotso Fonkam
http://wusublog.canalblog.com/ de Winnie Ndjock
Matango.mondoblog.org de Yves Tchakounté
Biocamer https://biocamer.news/ de Mathias Mouende

 

Accueillons un autre blogueur, l’un des plus prolifiques et dynamiques au Cameroun. Il s’appelle Atome.

D’où vient l’idée du concept #MoiBlogeur et c’est quoi le projet?

L’idée du concept #MoiBlogeur est venu du fait qu’au Cameroun on n’a jamais célébré la journée mondiale du blog. D’ un autre côté il y’a vraiment eu un manque d’éducation, un manque de connaissances autour de ce que c’est que le blogging réellement. Il fallait donc faire en sorte que les gens soient sensibilisés de leur faire comprendre que chacun de nous a un côté blogueur.Par ailleurs faire participer les non blogueurs mais particulièrement les blogueurs. Tout simplement parce que dans ce mouvement là il y’a de la visibilité dont chacun peut bénéficier. L’opération est simple: chacun fait des posts avec le hashtag en racontant un peu leur expérience,ce qu’ils font au quotidien sur leurs blogs et parallèlement ils ont l’occasion de se mettre en avant. Pour la suite ce sera des ateliers, des tournées et des campagnes de sensibilisation bien montés autour du blogging parce que c’est un secteur porteur.

Difficultés et succès dans le blogging au Cameroun ? 

Au Cameroun, il  y’a beaucoup de difficultés relativement au blogging parce qu’on est encore à l’époque où les gens ne connaissent pas ce que c’est qu’un blog. On est encore à l’ époque où les gens demandent parfois quand on publié un article on demande « on clique où ? ».On est dans un environnement où les gens n’aiment pas lire ce qui est sérieux. Ça fait déjà beaucoup de problèmes. Parallèlement  les protagonistes c‘est à dire les blogueurs eux-mêmes qui ne font pas beaucoup d’efforts en terme de positionnement. En outre, les clients, les entreprises qui ne comprennent pas encore la nécessité de collaborer avec les blogueurs. Le blogging est un  peu simplifié au Cameroun. Avec le temps on les résout progressivement.

Des Blogs à suivre selon vous

www.voila-moi.com

www.atomeblog.com

www.lepetitecolier.mondoblog.org qui est un blog d’éducation assez riche

www.ndengue.com blog assez généraliste qui parle un  peu  de tout

 


(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Terminons avec Didier Ndengue, Vice-président de l’Association des Blogueurs du Cameroun (ABC)

Didier Ndengue

Difficultés et succès dans le blogging au Cameroun ? 

Les difficultés sont encore énormes. Je lis plusieurs blogueurs et je me rends compte qu’on a tous des belles plumes. Avec un peu de rigueur, le blogging 237 volera plus haut qu’un aigle. Puisque que nous voulons être considéré dans la société comme des vrais influenceurs, des leaders d’opinion, il est important de se documenter pour ne plus dire des choses qui ne sont pas vraies dans nos billets, juste pour amuser nos lecteurs. Le problème avec certains blogueurs est qu’ils ne se font pas relire avant de publier et ne sont pas ouverts aux critiques. Combien de blogueurs connaissent les experts dans leurs domaines, ou les sites web et les journaux de référence au Cameroun sur lesquels ils peuvent s’appuyer pour soutenir leurs analyses? Or en tant que journalistes citoyens parce que les blogueurs de 2018 le sont tous, il est important de se cultiver pour gagner des vrais lecteurs et construire une société durable. Je ne parlerai pas encore de succès au niveau local. C’est très tôt parce qu’on ne vit pas encore réellement de notre profession et on n’a rien encore rien influencé de façon concrète dans notre pays. Par contre, j’aimerai rendre hommage à ceux qui ont cru qu’on pouvait changer la donne grâce au blogging. Je pense premièrement à Dorothée Danedjo Fouba, qui compte plus d’une dizaine de prix internationaux, à Florian Ngimbis, à René Jackson Nkowa, à Edouard Tamba, à Frank William Batchou, à Dania Ebongue, etc. J’ai vraiment beaucoup d’admiration pour ces ainés que j’appelle affectueusement « doyens ». Sans rancune, ni haine, ils ont hissé le mouvement très haut. Il nous revient, nous de la nouvelle école, de prouver qu’on gère bien l’héritage qu’ils nous ont légué. Je profite de votre tribune pour encourager les uns et les autres à oser tout en restant professionnels, parce que tous les yeux sont braqués sur nous.

A ce jour combien de blogs déjà recensés au sein de votre association ?

Depuis la création de l’Association des Blogueurs du Cameroun (ABC) en août 2017, nous comptons 39 membres à jour de leurs cotisations et près d’une centaine de sympathisants.

Que pensez-vous des différentes initiatives pour faire bouger le blogging au Cameroun: » Je suis camerounais et je blogue » « blog Camp » « moi blogueur »pour ne citer que celles là ?

Tous ces mouvements ont un seul objectif : promouvoir la communauté des blogueurs du Cameroun. Elles donnent l’occasion de s’affirmer. Et vous voyez qu’elles portent des fruits. C’est vraiment encourageant. Je tire un coup de chapeau à tous ceux qui pilotent ces plateformes. Seulement, j’aimerai que les uns et les autres comprennent que nous sommes tous dans la même bulle. Juste pour rappeler aux porteurs de ces plateformes qu’il y a une structure qui plaide pour eux auprès des pouvoirs publics. Tous ce que nous faisons, c’est pour rendre notre secteur plus crédible à l’échelle nationale et internationale. Nous travaillons sur les priorités et sommes prêts à soutenir tous les concepts relatifs au blogging. L’ABC soutient de façon directe ou indirecte « Je suis camerounais et je blogue », « Blogging session », « Blog Camp », « Moi Blogueur », entre autres. C’est notre devoir et c’est normal.

Ce 31 août, ils seront donc des millions de par le monde et Au Letch en particulier à vibrer au rythme du blogging. Bonne fête à tous les blogueurs et blogueuses.

Je fais partie de la Génération Androïde donc jamais sans mon phone. All les days, je jongle entre les fonctions de mélomane, d’internaute et de noctambule. En résumé, je suis un camerounais déjà avancé !

Tags:


Article de la même catégorie

Muriel Blanche de Pakgne devient l’égérie de « Secret », la marque d’épices


Flavien Kouatcha récompensé au EDF PULSE AFRICA 2018


Clarisse Ndinge remporte un prix au Digital Citizen Summit Cameroon


Flavien Kouatcha reçoit le prix Pierre Castel 2018


La camerounaise Melissa Bime remporte le prix Anzisha 2018


WEB TV : REGARDEZ LE LIVE


Actualités

Vidéo : On a la preuve que certaines femmes maltraitent les hommes

Qui est Mr Treasy, le chanteur gabonais qui cherche à faire entendre sa voix ?

Belvia présente son tout premier single « Home »

Vidéo : Brice ATEBA reprend le générique de « Game Of Thrones » en ajoutant le Bikutsi

Roger Brice Sobgo à l’affiche de la série panafricaine « Yaoundé »

Auletch est un ensemble de plateforme interactif entièrement dédié aux cultures du Cameroun. Nous mettons en avant et présentons les différentes facettes qui font la diversité culturelle du Cameroun. Sur un ton décalé, nous parlons d'art, mode, littérature, histoires, traditions, musique, société, beauté, bien-être et entrepreneuriat.

© Auletch 2018 - Mentions légales - Contact

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?