8 mars et femmes entrepreneures : Elles en parlent à cœur ouvert

8 mars et femmes entrepreneures : Elles en parlent à cœur ouvert

Publié le 8 mars 2018
Par Dickson

C’est le 8 mars, on célèbre la Journée internationale de la femme. Pour souligner cette date bien spéciale, Auletch a choisi de donner la parole aux femmes entrepreneures camerounaises. Quelle relation existe entre le 8 mars et elles ? Qu’en pensent-elles ? Comment la célèbrent-elles ? Qu’est-ce qu’un 8 mars réussi ? Découvrez sans plus tarder leurs avis dessus. 

 

Jessica Eya’ane

 

Elle peut être considérée comme une digne ambassadrice des créations « Made In Cameroon » et une partisane du « Grandir ensemble ». Fondatrice de l’association AVPL (Association pour la Valorisation des Produits Locaux). Elle manage le projet AKOUM qui est l’un des projets de l’association. Par ailleurs, Jessica est blogueuse. La go nous dit tout sur le 8 mars.

 

Pour moi, c’est une journée de plus pour la femme de montrer qu’elle est capable de travailler et d’user de sa matière grise pour le devenir d’une communauté dans laquelle elle évolue. La femme a longtemps été embrigadé dans des tâches ménagères. Aujourd’hui, tout a changé. Nous sommes plus instruites et disposons d’un potentiel à faire valoir. Et c’est ce potentiel qu’une journée comme le 8 Mars devrait prévaloir au devant de toute scène. Oui..nous existons. Oui nous avons droit à la parole. Oui nous pouvons diriger au plus haut niveau de management. La journée du 8 Mars est cette journée de plus (de plus parce que chaque jour ça devait être le cas) où nous devons communier autour des valeurs de femmes fortes de part leur persévérance et de femme respectueuse de part leur caractère. La journée du 8 Mars généralement ressemble à une des mes journées tout au long de l’année. Remplie de réflexion stratégique, de travail, des actions de donner et recevoir, des fous rires et de la sympathie. L’année passée, comme les années antérieures et cette année, je vais arborer ma tenue puis me rendre disponible pour mes proches, pour les gens qui me consultent et pour mes initiatives. Comme je le fais tous les autres 364 jours de l’année. Dans le contexte camerounais où on vit…. connaissant l’historique des 8 Mars en Afrique où beaucoup de déviances s’observent, un 8 Mars réussi serait pour moi un 8 Mars avec zéro déviances. Ce serait déjà un premier pas. La femme doit connaitre sa valeur. Et c’est non loin d’être juste liée aux casseroles. Pleins de potentiels féminins meurent en Afrique faute d’encadrement. Ça fait mal. Un 8 Mars réussi, c’est aussi des centres d’encadrement aux initiatives féminines qui s’ouvrent à chaque 200 m de maison pour accompagner la femme à grandir afin qu’elle soit mieux utile à sa communauté, à sa nation.

 

Patricia Monthe

 

C’est un comeback pour la camerounaise installée aux Pays Bas. Après avoir donné son avis sur la Saint Valentin , la fondatrice de MEDX eHealthCenter parle cette fois du 8 mars.

 Pour moi le 8 mars est un jour spécial comme le jour de la St Patrick ou de l’amour, qui nous offre l’opportunité de s’arrêter une minute et réfléchir sur la situation de la femme/fille et de méditer sur leur devenir, leur familles, leur enfant mais aussi pour la nation à l’échelle macro. C’est bien de célébrer ce jour et encore mieux de l’accompagner avec quelques réflexions et points de discussions comme l’évent organisé au GICAM par Carine Andela et d’ailleurs j’encourage les femmes et filles d’y allez pour partager…..Je vis dans un pays où la place et la voix de la femme comptent. C’est un jour comme les autres mais je prends du temps pour faire signe aux femmes qui sont dans des pays où la place de la femme a besoin d’évoluer. Un 8 mars réussi est un 8 mars où femmes et filles vont s ‘asseoir pour échanger, discuter, réfléchir et définir le futur ensemble tout en dansant et mangeant bien entendu. Voici un exemple de plateforme qui contribuera au succès de ce jour

 

Clarisse Ndinge

Jeune maman et boulimique de l’entrepreneuriat. La preuve, elle est CEO de betamedia237 et fondatrice de Beta Tinz, Betagirlsonline & Betanightcmr. Tout ce qu’elle veut c’est faire la différence! Voici son avis sur le 8 mars…

La journée de la femme est un jour où les femmes sont célébrées dans le monde entier, un jour où les femmes sont reconnues pour ce qu’elles sont, ce qu’elles font et la contribution qu’elles apportent dans la société. Habituellement, lors de la journée de la femme, je vais à mes activités quotidiennes normales. Le plus, c’est de coudre ou d’acheter un beau kaba avec le tissu de la journée des femmes. Un 8 mars réussi pour moi, c’est quand les hommes font des gestes significatifs pour apprécier les femmes dans leur vie et les femmes prennent congés pour évaluer leur valeur et apprécier qui elles sont.

 

Minette Lontsie

Une nouvelle fois, la fondatrice de Kamerlyrics se livre à un de nos sujets. Après le dossier spécial Saint Valentin, la go de Singui nous dit tout sur le 8 mars.

Pour moi la journée internationale de la femme, c’est le jour où on célèbre la femme, ses atouts et sa contribution dans la société ainsi que les progrès qui ont été faits pour leur pleine intégration dans les différents secteurs d’activités. C’est également l’occasion de remettre sur la table les discussions sur le genre afin de promouvoir le leadership féminin et de lutter contre les discriminations et les inégalités auxquelles font face les femmes au quotidien. A cet effet, je trouve dommage que chez nous, ce soit la seule période de l’année où la question de la femme est mise au centre des débats. Je n’ai pas de routine pour la journée du 8 mars, chez moi en général, les 8 mars se suivent mais se ressemblent pas. Certaines années, je suis allée au défilé, d’autres j’ai pris part à des forums, des ateliers de formations et de développement de capacités ; et l’année dernière par exemple, rien de spécial ; j’avais passé toute la journée au travail ; Bref, c’est toujours plutôt tranquille, j’ai jamais vraiment profité de la partie festive de cette journée, peut-être parce que je ne suis pas dans les bonnes associations/ organisations qui organisent et financent ce type de célébration. Un 8 mars réussi pour moi, c’est un 8 mars où j’apprends et développe mes capacités. Mes journées du 8 mars préférées ont été celles où j’ai participé à des séminaires et ateliers sur le genre avec d’autres femmes. Pour cette année, rien de vraiment spécial. Je pense que je vais faire un tour au défilé histoire de prendre quelques photos, et le reste de la journée, je vais travailler.

 

Bethy Ntocko

Pour elle « Lire c’est connaitre ». C’est une traduction littérale du projet Langa Le nde Bia dont elle est la fondatrice. Ne vous fiez pas à son apparence angélique car « Rosylisious » est une redoutable « Marketeur stratégique et digital ». Quand il s’agit de parler du 8 mars, c’est droit au but que Bethy le fait.

C’est une journée de réflexion. On célèbre des victimes comme la plupart des cas, lorsqu’il s’agit d’une journée internationale. Généralement c’est un jour comme les autres.Rien de spécial. Boulot si c’est un jour de semaine, et puis chez moi. Bref, le 8 mars n’a pas une signification particulière pour moi.

 




Crescence Elodie Nonga

Elle est ce qu’on appelle communément une « Tech Woman Entrepreneur ». Initialement blogueuse Lifestyle, Crescence est désormais une véritable globe trotter à travers son blog les marches d’Elodie. Malgré sa fonction de Community Development Manager à ActivSpaces, elle reste dynamique et passionnée à travers plusieurs autres projets. Concernant le 8 mars, elle donne d’ailleurs son avis.

La journée de la femme est l’occasion pour le monde d’accorder une attention particulière aux problèmes dont font face les femmes dans leurs différents milieux et activités (aussi bien personnellement que professionnellement). C’est l’occasion pour les femmes de se retrouver, de s’unir, de discuter mais surtout de porter leurs voix dans des plus hautes sphères tout comme autour d’elles. Elles ont l’opportunité d’attirer l’attention sur leurs difficultés, leurs combats, leurs conditions, mais aussi leurs réussites, leurs capacités, leurs pouvoirs. Je n’ai pas l’habitude de célébrer le 08 Mars. Il s’agit pour moi d’une journée normale, une journée comme toutes les autres. Une journée de travail…Cela commence déjà par une journée sans, sinon avec moins de débauche. Une journée où l’Etat prendrait le temps de communiquer sur les différentes opportunités, les droits et lois, les mesures prises pour la promotion et la protection de la femme et de la jeune fille. Ce serait une journée où les médias partageraient les différentes campagnes sociales à l’attention des femmes. Et bien sûr, de manière classique et traditionnelle, une journée où la femme est à l’honneur à la maison, comme au bureau.

 

Paola Audrey Ndengue

Elle possède le genre de C.V qui fait paniquer les recruteurs. Pour le résumer disons tout simplement qu’elle a comme champ d’actions les relations publiques, le Management de marque, la Consultation marketing, la Culture et depuis un moment la Politique. Ses récents projets en date sont le déploiement de l’agence Pannelle & Co et Africa Digest, une newsletter gratuite. Au sujet du 8 mars,voici son avis…

Une journée qui sert de rappel à tous, histoire que nous soyons fiers des progrès accomplis dans la lutte contre les inégalités faites aux femmes. Mais surtout, se souvenir aussi de tout le chemin qu’il reste à accomplir. Pour ce qui est de l’apport des femmes et de leur contribution à l’humanité, je ne pense pas qu’on ait besoin d’une journée pour ça, elles le prouvent tous les jours de l’année depuis des millénaires. Je ne fais rien de particulier, mis à part féliciter celles et ceux qui œuvrent à leur niveau pour les droits des femmes. Un 8 mars où on se focalise un peu plus sur les droits et l’autonomie réelle des femmes, et un peu moins sur les superficialités associées à cette  » célébration « .

 

Habsatou Nadia Kalkaba

Ingénieur de projets et lauréate du prix « Techwomen 2016 Seed grant Award », avec son projet Givethemhope, Habsatou Nadia Kalkaba a mis en place une plateforme qui consiste à redonner le sourire aux jeunes déplacés de l’Extrême-nord. Elle a été coachée par Symantec, une firme américaine spécialisée dans le développement d’applications de sécurité pour se hisser jusqu’en finale de cette compétition. Par rapport au 8 mars elle donne son avis…

Ce que je sais du 8 mars, c’est ce qui est connu de tous. C’est une journée officialisée en 1977 par les Nations unies et qui commémore le combat mené par des ouvrières au début du 20ème siècle dans le but de revendiquer le droit de vote et de meilleures conditions de travail. Pour moi, ce jour n’a pas la connotation de « fête », c’est un jour ordinaire, c’est un jour comme les autres. En semaine, je suis avec les collègues, j’assiste parfois aux débats et causeries organisés durant cette période. C’est un 8 mars rempli d’évènements instructifs et valorisants. C’est un 8 mars embelli de multiples activités telles que des marches sportives et des conférences-débats permettant de se détendre et d’analyser les questions tournant autour de l’épanouissement des femmes. C’est un 8 mars donnant l’opportunité de partager les expériences et de découvrir l’histoire des héroïnes cachées qui impactent positivement notre pays. C’est une période d’empowerment où la finalité est de faire intégrer aux femmes et filles qu’elles ont des outils permettant d’apporter un changement positif autour d’elles et de rendre ce Cameroun meilleur.

Pour une femme qui entreprend, doit-on dire entrepreneur, entrepreneure, ou entrepreneuse ? Les trois sont admis, et ça tombe bien, car les femmes entreprennent de plus en plus. Officiellement dédiée à la lutte pour les droits des femmes donc Au Letch on ne vous souhaite pas une bonne fête car le combat continue et sachez qu’on est de tout cœur avec vous Mesdames et Mesdemoiselles!

 

 

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : En voulant voler un chef de village, une jeune fille se fait attraper par les gris-gris

Publié le 19 mars 2019
Par Charly ngon

On ne vole pas l’argent d’un chef de village n’importe comment.

Les chefs de village sont les garants de la tradition, par conséquent, ils bénéficient d’un savoir ancestral sur des pratiques mystico-rituelles capables de neutraliser tout individu qui essayerait de porter atteinte à leur intégrité.

Dans cette vidéo de Les Baos, voilà une petite sœur qui est habituée à droguer les gens avant de les dépouiller de leur bien, qui fait la connaissance d’un chef de village. La go était sûre que le mougou était tombé dans le sac, en voulant fuir hein, la fille d’autrui a confirmé que le village c’est le village.

ARTICLES SIMILAIRES



Vidéo : Askia sort enfin le clip revendicateur de « Let’s Talk »

Publié le
Par Au Letch

Capture d’Ecran Youtube / Let’s Talk, Askia

Il y a des clips qu’on aimerait regarder encore et encore. Pour cause, la thématique développée est poignante et actuelle. Le nouveau clip de Askia en fait partie. Dans la lignée des clips qui appellent au cessez le feu dans les régions du Nord Ouest et au Sud Ouest du Cameroun, « Let’s Talk » peint le tableau noir de ce qui s’y passe. On constate que l’horreur, la peur et l’effroi rythment le quotidien des populations de ces zones dites anglophones.

Today, le bavardage ne sera jamais assez fort pour exprimer ce qui se passe au Cameroun. Askia l’a compris et elle se fond en musique pour exprimer son ras-le-bol. « Why the killing, why the blood. We just really wish that we could have a talk. You killing your brother, you killing your sister. We just really wish that we could have a talk…All we want is talk ».

Au Letch, on look aussi !

ARTICLES SIMILAIRES