Cameroun : 10 types d’étudiants qu’on a connus à l’Université - Auletch

Cameroun : 10 types d’étudiants qu’on a connus à l’Université

etudiant Cameroun

etudiant Cameroun

Commençons cette série sur l’université au Cameroun par un top 10 des étudiants qu’on a connus à l’Université. Après un arrêt au  lycée sur les types de professeurs et les types d’élèves, on s’attaque aujourd’hui à l’univers de la cité. Un univers plein d’étudiants d’ici et d’ailleurs, différents les uns des autres. Découvrons plutôt ce top 10 qui nous fera sans nul doute replonger à la FAC…

 

  • Le Jean-école : Tout comme celui du lycée, le Jean-Ecole de la FAC veut toujours montrer qu’il connait. Son doigt est toujours levé. Le poste de Délégué d’amphi lui revient de droit. On dirait qu’il n’a pas de vie à part les cours. Quand on se plaint de tout, lui il se vante d’avoir terminé en novembre, le TD prévu en janvier. Quel génie ! Quelle désillusion ! Quel babillard décevant !
  • Le membre d’association : Il n’a jamais le temps. Toujours en réunion. Quand ce n’est pas le budget qu’on vote, c’est une réunion avec le doyen de la faculté. Je dis hein ? Toi tu es quoi là dedans ? « Je suis commissaire aux comptes » Hein père ?
  • Le footballeur : Il est au courant de tous les matches de foot du campus. Organisateur, joueur, coach, négociateur ce sont ces choses. Rien ne le dépasse. Quand vient les Jeux Universitaires, son visage s’illumine. Il s’entraine encore plus. Généralement, le gars est talentueux. Les filets et les filles en pâtissent. Les ballons d’or s’accumulent. Normal ! C’est un franc-tireur.
  • Celui qui bosse déjà : Plus chiant que lui tu meurs. Raconter sa vie en mettant mal à l’aise les autres lui procure une sensation que lui seul peut expliquer.

– Le travailleur : « Euuuh, Je n’ai pas  fait cours hier parce que je n’étais pas là. Mon patron m’a confié du boulot. J’étais au Port toute la journée pour dédouaner les marchandises d’un client qui vient du Canada. Je suis rentré vers 20h donc que…Je ne suis pas très à la page. »

– L’étudiant : « Il n y a pas cours depuis 1 semaine. »

– Le travailleur : « OK ! Mais prends mon numéro. Tu préviens s’il y a quelque chose. Moi je bosse tout le temps donc que… »

– L’étudiant : « Pardon ? »

 

  • L’ambianceur : Le gars est toujours à la recherche d’une nouvelle proie. Une proie qu’il va couvrir de compliments. Le genre d’atalaku qui va te faire croire que SEF n’est rien à côté de toi. Résultat : Tu donnes des dernières pièces parce que dit-on « Président, il ne faut pas salir ton nom hein ! Tu n’étais pas comme ça avant ». N’importe quoi !
  • Le fêtard : Le vin n’a plus de secret pour lui. Il y a longtemps qu’il n’a plus fait cours. Quand on lui demande pourquoi, il rétorque par une autre question « Est-ce que les photocopies sont finies ? Weeeeeh ». Généralement, il n’a pas l’argent mais il est plus saoul que le capitaine du bateau. Un capitaine du bateau qui dépense si et seulement si (Les maths sont bien hein) les filles sont dans son navire. Un navire qui heurte souvent les rochers pour une seule raison : Coups de poings gratuits au gars qui regarde trop la « femme » de l’autre.
  • Le fantôme : Personne ne le connait. Personne ne le voit. Personne ne récupère ses copies après les examens. D’ailleurs, il fait tout pour passer inaperçu. Soit à cause des relations humaines qu’il trouve difficiles, soit par timidité. Et oui, certains sont vraiment timides. Entre les cours, la pression du milieu et le regard des autres, l’université ne sourit pas souvent à tout le monde.
  • La femme mariée : C’est une véritable actrice. Quand le prof dit : Qui veut être chef du groupe ? Elle dit MOI. Qui va rédiger l’introduction du devoir : MOI. Qui va faire une lecture suivie du premier document du mois d’octobre : MOI. Quelques jours plus tard, elle nous annonce qu’elle n’a rien fait de tout ça. La raison ? Tout d’abord, « L’enfant a chauffé toute la nuit », ensuite « J’étais à l’hôpital jusqu’à 03h », enfin, « Mon mari aussi ne m’a pas laissée dormir. C’est vers 5h qu’il m’a libérée ».

Conclusion : On n’aura pas de notes.

  • Le rattrapeur : Entre nous, comment un étudiant fait pour aller aux rattrapages en toutes les UV ? C’est normal ? Oui il va aussi validé mais mollah ta part là m’étonne seulement. Tu fais ça comment ? Donne-nous le secret non…
  • L’étranger : Bienvenue aux amis de la sous-région. Tchadiens, centrafricains, gabonais, congolais et congolais. Les gars s’adaptent vite et bien. Le ndole c’est quelque chose hein ! Au départ on leur explique tout mais avec le temps, ils maitrisent même les derniers couloirs de la ville. C’est aussi ça l’intégration au Cameroun.

Et vous ? Quels sont les étudiants que vous avez rencontrés à l’Université ?

Mollah, moi je suis Africain hein ! Camerounais et fier de l’être. Team: Vert-Rouge-Jaune ô Bosso. Internet ma muse, je n’oublie pas pour autant le ndolè et les missolè de mes ancêtres. Bref, je suis un gars comme vous : Un gars « connecté ». Hein ! Mollah

Tags:

Article de la même catégorie

Les 10 types de voisins les plus populaires au Cameroun

Voici comment on chasse les sélectionneurs des Lions Indomptables du Cameroun

Les 10 « styles » d’employés qu’on rencontre au bureau

Comment reconnaître un camerounais qui fait l’atalaku ?

Pourquoi le « Pèlè » reste le plat préféré des camerounais ?

© Auletch 2017

341 Partages
Partagez341
Tweetez

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?